Bénin: saisies de cartouches, le ministre de l’intérieur donne plus de détails

La police républicaine de la République du Bénin a saisi le 30 avril dernier des dizaines de milliers de cartouches sur le sol béninois puis dans la même journée celle du Togo aussi a mis la main sur des cartouches en provenance du Ghana en direction le Bénin. Après l’ouverture d’enquête par le procureur spécial de la cour de répression des infractions économiques, le ministre de l’Intérieur s’exprime pour donner la version des choses.

Après un accident très grave le 30 avril passé sur le sol béninois plus précisément dans la ville de Béntè, la police béninoise a découvert 700 cartouches de calibre 12 dans l’une des voitures impliquées dans l’accident. Selon l’explication du procureur en charge du dossier, ces cartouches étaient dissimulées et transportées dans des sacs de Jutes imbibés d’huile de palme. Après quelques jours, la police togolaise aussi a saisi à bord d’une voiture en direction du Bénin, 1500 cartouches de même caractéristique.

Le ministre de l’Intérieur de République du Bénin pense que les deux saisies sont  » des opérations de déstabilisation panifiées par l’opposition ». Même avant, c’est-à-dire le 15 avril, le ministre Saca Lafia avait accusé l’opposition béninoise sur la déstabilisation du Bénin. Pour sa deuxième sortie en milieu de semaine, Saca Lafia est revenu sur les deux saisies et tire la conclusion comme quoi « cette prise achève de convaincre le sérieux des informations faisant état du plan de destabilisation de notre pays. Ces prises interviennent à la suite d’appels publiques lancé par certains acteurs politiques en faveur d’un soutien conséquent à des personnes armées auteures des actes graves enregistres dans le cadre de l’élection présidentielle»

Le ministre de l’intérieur de la République du Bénin, Saca Lafia, dans sa déclaration n’a pas manqué de remercier les autorités togolaises pour leurs collaborations. Selon lui, les deux pays ne se sont pas fâchés avec l’affaire Reckiath Madougou, conseillère du président togolais Faure Essozimna Gnassimgbé.

Rappelons qu’une personne est dans la main de la police. Il s’agit du rescapé de l’accident, gravement blessé. Il est à soin intensif dans un hôpital de la capitale béninoise.

Komla AKPANRI

Je me nomme AKPANRI Komla, historien de formation, arbitre fédéral. Le journalisme est une passion pour moi plus précisément le journalisme sportif puisque je suis un sportif. Ayant fait une formation en histoire, j'aborde aussi des questions politiques, sociales et culturelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.