Bénin/ affaire Reckya Madougou: le procureur spécial s’est défendu devant la cour constitutionnelle, des accusations des droits humains portées contre lui et l’État béninois

Depuis son lieu de détention, Reckya Madougou a mis en cause son arrestation dans un recours auprès de la cour constitutionnelle. Le procureur spécialiste de la CRIET s’est défendu ce 18 mai 2021 auprès de la cour constitutionnelle.

Convoqué auprès de la cour constitutionnelle pour répondre aux accusations dont on inflige à l’Etat béninois dans l’affaire Reckya Madougou, le procureur spécial près de la cour de répression des infractions économiques et du terrorisme(CRIET) Mario Mètonou, s’est défendu devant la cour constitutionnelle. Selon lui, «il n y a pas de violation des droits humains dans le dossier Reckya Madougou»

Le recours a été déposé à Cotonou le 3 mars 2021 et enregistré le 8 mars 2021 à la cour constitutionnelle. Dans le recours, le conseil de Reckya Madougou accuse le gouvernement et le procureur Mario Mètonou d’avoir violé les droits humains de l’opposante Reckya Madougou.

Selon le conseil de l’opposante, « Reckya Madougou a été victime de traitements inhumains » lors de son arrestation. Il qualifie même cette arrestation  » d’enlèvement. »

Le procureur spécial Mario Mètonou aussi s’est défendu lors de l’instruction du recours la haute juridiction des accusations à son égard. 

Mario Mètonou a assuré que Reckya Madougou et ses co-accusés n’ont pas été l’objet d’aucun vice de procédure.

«Dame Reckya Madougou et ses co-accusés ont bénéficié d’une procédure en tout conforme à la loi pénale d’une part et à la constitution d’autre part» a écrit Mario Mètonou, le procureur spécial.

Selon lui, l’interpellation de Reckya Madougou et ses co-accusés sont conformes aux dispositions des articles 58, 59, 61, 62 et 63 du code de procédure pénale

«Au cours de l’enquête préliminaire comme devant le procureur spécial et la commission d’instruction et la chambre des libertés, Dame Madougou a eu droit la présence constante d’un collège d’avocats et au respect strict des droits de la défense» a ajouté le procureur spécial Mario Mètonou.

Rappelions que Reckya Madougou, conseillère du président de la République Togolaise est accusée d’avoir financé des projets d’assassinats politiques au nord du Bénin. Elle a donné une somme de 15 millions de FCFA à Georges Sacca pour tuer le colonel en retraite Ibrahim Mama Touré et un autre lors des obsèques du colonel Ibrahim Mama Touré.

Komla AKPANRI

Je me nomme AKPANRI Komla, historien de formation, arbitre fédéral. Le journalisme est une passion pour moi plus précisément le journalisme sportif puisque je suis un sportif. Ayant fait une formation en histoire, j'aborde aussi des questions politiques, sociales et culturelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.