Togo: la police nationale poursuit son combat face à la cybercriminalité

ce vendredi 28 mai 2021, la police nationale togolaise à travers une note d’information sur sa page Facebook annonce l’arrestation de trente-sept (37) cybercriminels tous de nationalité nigériane.

le combat contre les arnaqueurs dans le pays de Faure Gnassingbe suit son bonhomme de chemin. La police nationale a encore mis la main sur 37 cybercriminels ce vendredi à Lome, ils sont tous des nigérians vivant sur le sol togolais. Ces derniers ont pour cible les femmes.

«La police nationale vient d’interpeller trente-sept (37) cybercriminels, tous de nationalité nigérian qui prennent pour cible les femmes.» précise le communiqué.

Selon la police, ces nigérians trompent les femmes. iIs se font passer comme des personnes très riches qui vivent en Europe puis les propose des relations amoureuses sérieuses à distance. ils utilisent des mots doux pour conquérir le coeur de ces dames. Une fois conquérir leurs coeurs, Ils passent à leur plan d’escroquerie en proposant des mariages dés leur retour en Afrique. Ils envoient aussi des photos des bâtiments indiquant que c’est leurs héritages, donc elles seront des bénéficiaires.

«Pour tromper leurs victimes, ces escrocs se font passer pour des personnes fortunées vivant en Occident. ils les abordent via les réseaux sociaux et leur proposent des relations amoureuses à distance. Au fil du temps et après avoir gagné la confiance de leurs victimes, les escrocs déroulent leur plan d’escroquerie en leur proposant un mariage somptueux en Afrique. Pour ce faire, ils envoient des photos de prétendus bien de valeurs qu’ils disent avoir expédiés depuis leurs pays de résidence et destinés aux futures mariées, à qui ils font croire que la seule contrepartie exigée d’elles, est le paiement des frais divers liés aux formalités d’envoi et la douane.» ajoute la note.

Après avoir amadouer ces femmes, ils passent aux choses sérieuses en expliquant les procédure à suivre pour transférer l’argent sur leur compte. Une fois l’argent perçu, ils rompent brusquement la relation et disparaissent.

«Ils leurs expliquent que ces frais doivent être acquittés par transfert d’argent. Sous ce prétexte, ils dépouillent leurs victimes de toutes leurs économies avant de rompre brusquement le contact et disparaitre.» Précise le communiqué.

La police nationale togolaise exhorte la population togolaise surtout les femmes à plus de vigilance.

Komla AKPANRI

Je me nomme AKPANRI Komla, historien de formation, arbitre fédéral. Le journalisme est une passion pour moi plus précisément le journalisme sportif puisque je suis un sportif. Ayant fait une formation en histoire, j'aborde aussi des questions politiques, sociales et culturelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *