Port des perles à la taille. De véritables armes de séduction pour les femmes

Le port des perles à la taille à un usage intime chez les femmes africaines. Les hanches en perles de la femme permettent de mettre en valeur sa forme splendide et de montrer sa féminité.

Les perles font ressortir la beauté de la femme africaine. Leur port au niveau de la hanche n’est pas fortuit. Quelles que soient leurs formes couleurs ou qualités , elles font partie des accessoires de la femme noire. La perle est aussi objet de séduction pour les femmes. Existant depuis des décennies, les perles restent une parure vestimentaire intime de la femme. On leur connaît plusieurs rôles, mais l’un des plus importants est la séduction de l’être aimé. Mais, il faut savoir que l’achat des perles exiges une connaissance en la matière. « L’on ne porte pas des perles parce qu’il faut en porter » , Conseille Akouwa, une revendeuse de perle. Dans les marchés les perles ne laissent pas indifférents les passants. « Les hommes aiment bien voir les femmes en perles car cela les attire et prouve ta féminité », dixit Jolie, une jeune dame qui se dit amoureuse des perles. Les perles, ajoute-elle, permettent aussi de déterminer lorsque vous perdez ou gagnez du poids.

« Elles descendent lorsque vous perdez du poids et remontent lorsque vous en prenez », ajoute – elle.
De nos jours, l’on constate que l’utilisation des perles ne réponds plus à leur mission première qui est la séduction. Certaines jeunes filles ou femmes n’en portent plus, d’autres en portent plus, d’autres en portent par fantaisie.
En effet, les perles sont réservées pour les hanches qu’on cache, mais on remarque désormais que les femmes les exposent lorsqu’ elles en portent. Ainsi, on peut voir sur des pantalons, au pieds ou à la main. Préserver la tradition des perles est très importante et devrait être un secret de grand mère qui permettra aux jeunes femmes de mieux conquérir leurs hommes en affinant leur silhouette et ressortir leur beauté féminine.

Julien SEGBEDJI.

Komla AKPANRI

Je me nomme AKPANRI Komla, historien de formation, arbitre fédéral. Le journalisme est une passion pour moi plus précisément le journalisme sportif puisque je suis un sportif. Ayant fait une formation en histoire, j'aborde aussi des questions politiques, sociales et culturelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.