22 juin 1633, abjuration par Galilée, à genoux, de ses idées sur le fait que la terre tourne autour du soleil

Que lui reproche-t-on ?

Le premier chef d’accusation, formulé dans la sentence prononcée par le tribunal de l’Inquisition, semble répondre très clairement à cette question :

“Comme ainsi soit que toi, Galileo Galilei, fils de Vincenzo Galileo, florentin, âgé de 70 ans, dénoncé à ce Saint-Office pour ce que tu tenais pour véritable la fausse doctrine, enseignée par aucuns, que le soleil est le centre du monde et immobile et que la terre ne l’était pas et se remuait d’un mouvement journalier(…)”.

C’est donc l’affirmation du mouvement de la Terre qui semble valoir à Galilée d’être condamné. En présence de cardinaux inquisiteurs, Galilée, qui est un vieillard de soixante dix ans presque aveugle, doit, à genoux, abjurer12 solennellement la thèse copernicienne qu’il sait être vraie. Le Dialogue sur les deux grands systèmes du monde est mis à l’index.

On prétend qu’il murmura en se relevant : “E pur si muove” (“Et pourtant elle tourne”) ce qui paraît bien improbable car il aurait risqué d’être brûlé vif comme Giordano Bruno.

Pour les inquisiteurs qui ont jugé Galilée, toute connaissance est soumise à la vision du monde présentée par les récits bibliques. A leurs yeux, la démarche de Galilée qui s’appuie sans à priori sur l’observation et l’expérience, remet en cause cette représentation du monde et peut-être la foi en Dieu, tout au moins la puissance et l’autorité de l’Eglise dont les affirmations devenaient alors contestables.

C’est le début d’un long affrontement entre la recherche scientifique et une représentation religieuse du monde. De nos jours, les domaines respectifs sont mieux délimités. Et Galilée compte parmi ceux qui, au début des Temps modernes, ont contribué à mettre en route cette évolution.

Komla AKPANRI

Je me nomme AKPANRI Komla, historien de formation, arbitre fédéral. Le journalisme est une passion pour moi plus précisément le journalisme sportif puisque je suis un sportif. Ayant fait une formation en histoire, j'aborde aussi des questions politiques, sociales et culturelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.