Afghanistan: les Talibans continuent leurs avancées, les populations inquiètes et pensent à s’exiler

Pendant que les Talibans pakistanais continuent leurs avancements, les troupes étrangères continuent leur retrait petit à petit en Afghanistan et ce retrait sera effectif avant le 11 septembre 2021. Ces dernières semaines au Nord du pays, ces rebelles ont lancé plusieurs batailles pour la reprise totale du pays. Ce vendredi 9 juillet 2021, ces rebelles ont déclaré qu’ils contrôlent 85% du territoire. La situation inquiète la population et tout le monde veulent quitter le pays.

La demande de VISA devant les ambassades devient de plus en plus nombreuses. Des attroupements se forment devant les ambassades surtout celle de l’Iran où les populations sont entassés sous le soleil. Ces populations redoutent l’envahissement de la capitale par les Talibans pakistanais.
« Ils arrivent. Ils sont en train de capturer toutes les provinces. Ils peuvent facilement prendre Kaboul. Je suis un ancien policier. Ils vont me mettre en prison ou peut-être pire» a déclaré Ahmad Khaled, qui est venu aussi pour la demande de VISA pour quitter le pays.

Nusar Ahmad est le responsable sur qui les populations passent pour les démarches administratives. Pour les services, il prend 50000 afghanis soit 516 euros, une augmentation de 393. Il y a quelques mois les frais de demande de VISA étaient 123 euros.

« les demandes ont augmenté de 80%. Les gens viennent de Mazar-e-Sharif, de Kunduz, de Pol-e-Khomri, partout où il y a des combats. Ceux qui veulent des visas dont des policiers, des militaires, des gens qui ont travaillé pour les étrangers. Ils ont peur à cause de la guerre. Il y a quatre jours, un homme m’a demandé un VISA pour toute sa famille. Il avait vendu tout ce qu’il avait pour payer» a laissé entendre Nusar Ahmad, au micro de RFI.

Les populations craignent encore une autre crise comme celle de 1990

Komla AKPANRI

Je me nomme AKPANRI Komla, historien de formation, arbitre fédéral. Le journalisme est une passion pour moi plus précisément le journalisme sportif puisque je suis un sportif. Ayant fait une formation en histoire, j'aborde aussi des questions politiques, sociales et culturelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *