Togo/CEPES: Monsieur le ministre Ihou Wateba, n’est-il pas temps d’agir?

La crise au Conseil des Établissements d’Enseignement Supérieur attire assez de projecteurs. Après l’épisode du ping-pong entre le Président CEPES et premier responsable de l’ESGIS, Monsieur M. Marcel Akakpo et son le Trésorier Général et DG de l’ESA, Charles Birregah, il est temps que le ministère en charge de l’enseignement supérieur au Togo prenne les commandes des choses.

Choisir le silence devant cette tempête qui met en péril la qualité et le développement de l’enseignement supérieur dans notre pays est un mauvais choix. Venu à la tête de ce ministère avec des ambitions de réformes, les efforts du ministre de
Majesté Ihou Wateba pour donner une bonne image à ce secteur, sont très louables.

Toutefois, comme le dit-on, « aux grands maux, les grands remèdes ». Il urge de mettre en place dans les meilleurs délais, un comité Ad-hoc pour sauver ce CEPES au bord du gouffre comme se fut le cas à la Chambre de Commerce et d’industrie du Togo ( CCIT) après la guerre entre Germain Meba et Wiyao Tchinde.

Ce comité doit avoir pour mission principale, la mise en œuvre des ressources nécessaires pour l’organisation d’un nouveau Assemblée Générale . Il s’en chargera de régler les différents entre les membres du bureau et faire l’état administratif et financier du conseil.

Il est temps qu’un nouveau vent souffle sur le CEPES après une période de guerre d’intérêt et d’égoïsme. Sauver le CEPES, c’est sauver la politique du Chef de l’État Faure Gnassingbé qui veut faire de l’enseignement supérieur un pilier de développement.

Laisser, le CEPES à son triste sort, c’est non seulement salir l’image de cette politique gouvernementale aux yeux des partenaires étrangers , mais remettre en cause la qualité et le sérieux de l’enseignement supérieur au Togo surtout dans les instituts privés.

Pour rappel, le mandat de l’actuel bureau est arrivé à sa terme il y’a plus de quinze (15) mois. Le Président du CEPES Marcel Akakpo est accusé de refus de convocation d’AG. Pour sa part, le Président jete le tort sur son Trésorier Général Charles Birregah sur son indisponibilité à faire l’état financier avec le commissaire aux comptes en vue de l’organisation de l’AG. Par conséquent, son indisponibilité est la cause du report de l’AG. Un vrai jeu de pagailleurs. Monsieur le ministre , il faut agir pour le bien du Togo.

Nous y reviendrons

Komla AKPANRI

Je me nomme AKPANRI Komla, historien de formation, arbitre fédéral. Le journalisme est une passion pour moi plus précisément le journalisme sportif puisque je suis un sportif. Ayant fait une formation en histoire, j'aborde aussi des questions politiques, sociales et culturelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *