Les robots russes font perdre aux sous-marins américains leurs avantage furtif

La Russie travaille toujours pour contrecarrer les américains. Ils ont travaillé sur une nouvelle astuce pour suivre les sous-marins américains. Se sont des robots équipés de sonors.

Les russes travaille ardenment sur une nouvelle astuce qui va les permettre de suivre les sous-marins américains, même s’ils sont très loin de la Russie. Ces robots sont énormément équipés de sonors, qui les serviront de capter les sons des sous-marins américains.
Pour contrecarrer les russes, les États-Unis ont déjà développé un autre engin de surface robotisé de la taille d’un yacht pour traquer les sous-marins diésel.

Selon le journal Lzvestia, la Russie a commencé à tester des véhicules sous-marins sans pilote(UUV) équipés de réseaux de sonors remorqués.

Ces véhicules sous-marins que la Russie met au point sont attachés à de longues attaches flexibles de plus d’un mile de long, les émetteurs et récepteurs de sonors remorqués sont suffisamment élpignés du bruit du navire de surface de remorquage pour qu’ils subissent moins d’interférences.

Pour cette technologie, l’incovéniant est que, la voiture tractant une remorque U-Haul, le navire remorqueur se déplace plus doucement, très lent et doit faire plus prudemment pour éviter de casser l’attache.

« Pendant les manoeuvres, l’antenne est pliée, ce qui signifie que le signal est perdu ou déformé. De plus, les longues queues des antennes limitent sérieusement les manœuvres et la vitesse des navires, les empêchant d’attaquer. » explique Lzvestia.

Si la lenteur est l’incovéniant de cet outil, pourquoi ne pas attaquer le sonar et l’attacher à un robot sous-marins télécommande qui peut fonctionner indépendamment du vaisseau-mère, qui peut profiter des avantages d’un réseau remorqué sans être gêné par celui-ci?

 » Extérieurement, le robot de remorquage ressemble à un petit sous-marins avec une quille et plusieurs gouvernails de profondeur. Il se situe au bout de l’antenne et ajuste la profondeur de son immersion, ainsi que si nécessaire, le roulage lors des manoeuvres du navire  » ajoute le Lzvestia, des responsables de la marine russe.

Komla AKPANRI

Je me nomme AKPANRI Komla, historien de formation, arbitre fédéral. Le journalisme est une passion pour moi plus précisément le journalisme sportif puisque je suis un sportif. Ayant fait une formation en histoire, j'aborde aussi des questions politiques, sociales et culturelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.