Le paludisme, une maladie qui tue plus dans le monde

Depuis la mi juillet les cas de paludisme sont en train d’augmenter en consultation et notre but étant de limiter cela voici le pourquoi de ce thème


Les faits

Selon l’OMS, le paludisme tue plus de 400000 personnes chaque année et, en 2018, l’Afrique représentait 94% de ces décès. Les enfants de moins de 5 ans, comme Stéphanie, sont les plus à risque. L’UNICEF rapporte que toutes les 2 minutes, un enfant meurt du paludisme.
Au Togo, le paludisme est la première cause d’hospitalisation et la première cause de mortalité. Le ministère de la Santé, de l’Hygiène Publique et de l’Accès Universel aux Soins affirme que le paludisme est «endémique avec une transmission qui dure presque toute l’année sur tout le territoire national». En d’autres termes, tout le pays est exposé au risque de paludisme, à tout moment de l’année.

Statistiques

Au niveau mondial, le nombre de décès dus au paludisme a été estimé à 405 000 en 2018.
Les enfants de moins de 5 ans sont les plus vulnérables ont représenté 67 % (272 000) des décès associés au paludisme dans le monde.
À elle seule, la région Afrique, l’OMS a enregistré 94 % des décès liés au paludisme dans le monde en 2018
Au Togo chaque année, nous avons ici environ 2,4 millions de personnes touchées par le palu et on enregistre environ 1200 décès en moyenne par an’, souligne le médecin.

Comment le reconnaître


Corps chaud
Maux de ventre
Maux de ventre
Maux de tête
Vomissements
Manque d’appétit
Bouche amère
Vertige

Devant ces signes rendez vous a l’hôpital où on vous fera des analyses
L’analyse est a 500( GE)
Dans certains centres public et les villages c’est gratuit (TDR)

Le meilleur traitement c’est la prévention
C’est a dire dormir sous moustiquaire.
À défaut utilisez les insecticides ou les spirales, vous pouvez faire une cure a deux fois par an avec du combimal
Éviter de trop utiliser l’artemisia, C’est un bon produit, mais son abus peut provoquer des résistances. Dès les premières signes allez a l’hôpital pour vous faire soigner pour éviter les complications. Surtout l’anémie où on sera obligé de vous faire transfusion de sang

Komla AKPANRI

Je me nomme AKPANRI Komla, historien de formation, arbitre fédéral. Le journalisme est une passion pour moi plus précisément le journalisme sportif puisque je suis un sportif. Ayant fait une formation en histoire, j'aborde aussi des questions politiques, sociales et culturelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *