É-U: la production automobile rebondit en juillet

Malgré la hausse, le secteur demeure fortement touché par la pénurie de semi-conducteurs.

La production automobile a fortement rebondi en juillet aux États-Unis, une hausse bienvenue dans un secteur toujours fortement touché par la pénurie mondiale de semi-conducteurs, et cela tire la croissance de la production industrielle dans le pays.

L’ensemble de la production industrielle a connu une croissance plus forte que prévu le mois dernier, de 0,9%, selon les données publiées mardi par la Banque centrale américaine (Fed), contre 0,5% seulement attendu par les analystes.

La production industrielle est ainsi supérieure de 6,6% à son niveau de juillet 2020, mais reste inférieure de 0,2% à celui de février 2020, juste avant la pandémie.

En juillet, la seule production de voitures et pièces détachées automobiles grimpe de 11,2%, mais, malgré ce rebond, «les assemblages de véhicules ont continué d’être limités par une pénurie persistante de semi-conducteurs ; la production de véhicules automobiles et de pièces détachées en juillet était inférieure d’environ 3,5% à son récent sommet de janvier 2021», précise la Fed dans le communiqué.

Dans le détail, la production automobile représente environ «la moitié de l’augmentation de la production des usines» dans le pays, qui, elle, augmente de 1,4%, souligne la Fed.

La production minière progresse également (+1,2%), mais la production des services publics (eau, électricité) recule (-2,1%) en juillet.

Par ailleurs, le taux d’utilisation des capacités industrielles continue sa progression, et augmente de 0,7 point de pourcentage, pour atteindre 76,1%, un taux inférieur de 3,5 points de pourcentage à la moyenne calculée entre 1972 et 2020.

«Nous nous attendons à ce que les difficultés de la chaîne d’approvisionnement et de l’embauche reculent lentement, mais le variant Delta risque de renforcer ces vents contraires», relève Oren Klachkin, économiste pour Oxford Economics, dans une note.

Komla AKPANRI

Je me nomme AKPANRI Komla, historien de formation, arbitre fédéral. Le journalisme est une passion pour moi plus précisément le journalisme sportif puisque je suis un sportif. Ayant fait une formation en histoire, j'aborde aussi des questions politiques, sociales et culturelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.