Des infirmières du CHUL refusent de rentrer au boulot

Les infirmières du CHUL de Québec en ont assez des heures supplémentaires obligatoires qui perdurent depuis plusieurs mois. Un groupe de l’unité mère-enfant a manifesté son mécontentement dimanche matin.

Vingt-cinq d’entre elles ont retardé leur entrée en poste pendant que les employés du quart de nuit gardaient le fort. Elles ont pris le relais progressivement en cours d’avant-midi.

Elles voulaient ainsi démontrer qu’elles en ont assez du manque de personnel et elles souhaitent que la direction du CHUL agisse.

«80% des infirmières en fin de semaine vont faire des 16 h, a fait valoir Cynthia Nolin, une des infirmières. On a peur pour la sécurité de nos patients.»

Ce n’est pas la première fois cet été que le CHUL fait face à un manque de main-d’œuvre.

«Trouver l’équilibre avec les difficultés de main-d’œuvre qu’on vit présentement, des difficultés de main-d’œuvre sans précédent, cet été, c’est extrêmement difficile», plaide Caroline Drolet, directrice de l’unité du CHUL de Québec.

«Comme le personnel est épuisé, on a atteint le mur. Ils ne sont plus capables d’être toujours avec une épée de Damoclès sur la tête», ajoute Nancy Hogan, présidente du syndicat interprofessionnel du CHUL de Québec.

Déjà jeudi, les infirmières sonnaient l’alarme auprès de la direction. La gestion de la main-d’œuvre s’annonçait déjà particulièrement complexe pour la fin de semaine.

«Ce serait loufoque de croire que la pénurie de la main-d’œuvre, on va la résoudre en 24 h. On a des gestionnaires sur le terrain. On tente de régionaliser autant que possible les patients qui peuvent aller en région», explique Mme Drolet.

«Les solutions sont toujours faites à la dernière minute. On réussit à trouver du monde, car ils ne veulent pas laisser leurs consœurs dans le besoin», contre argumente Mme Hogan.

Ce manque de personnel a de lourdes conséquences sur le moral de l’équipe.

«On a toutes nos propres familles. Quand on est obligé de rester en 16 h, c’est papa qui doit gérer les enfants. Les enfants, ça fait trois jours qu’on ne les voit pas parce qu’ils se couchent trop tôt», mentionne Cynthia Nolin.

Le CHUL souhaite mettre à profit tous les partenaires pour trouver des solutions à cette situation. Elle risque encore de poser problème dans les prochaines semaines.

Komla AKPANRI

Je me nomme AKPANRI Komla, historien de formation, arbitre fédéral. Le journalisme est une passion pour moi plus précisément le journalisme sportif puisque je suis un sportif. Ayant fait une formation en histoire, j'aborde aussi des questions politiques, sociales et culturelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *