Ce qu’il faut savoir sur les Jeux paralympiques de Tokyo

Après les Jeux olympiques, Tokyo ouvre les jeux paralympiques ce mardi 24 août.

La cérémonie d’ouverture a débuté depuis 13 heures, mardi 24 août, pour les Jeux paralympiques de Tokyo.

Qui participe aux Jeux paralympiques ?

Les athlètes qui participent aux Jeux paralympiques appartiennent à trois catégories de handicap : les handicaps physiques, les handicaps mentaux ou psychiques et les athlètes déficients visuels . Seuls les malentendants ne participent pas aux Jeux paralympiques, ils ont leur propre compétition : les Deaflympics.

Avant de participer à une compétition internationale, chaque athlète est « classifié ». On lui attribue une catégorie dans laquelle il concourra. Tous les handicaps ne sont pas représentés dans chaque sport paralympique. Par exemple, l’haltérophilie est réservée aux sportifs souffrant d’un handicap des membres inférieurs, explique La Voix du Nord.

Pour s’y retrouver, chaque catégorie a un nom bien précis, composé d’une lettre et de deux chiffres, par exemple T38. La lettre correspond, en anglais, à la discipline (T pour « track » comme les courses en athlétisme, S pour « swimming », la natation…). Le premier chiffre indique le type de handicap, le second son degré de gravité. Plus celui-ci est bas, plus le handicap est important.

Quels sports sont présents aux Jeux paralympiques ?

Il existe 22 sports différents . C’est deux fois moins qu’aux Jeux olympiques, pourtant, il y a plus d’épreuves. En athlétisme par exemple, il existe plusieurs courses de 100 m, une par catégorie retenue. La plupart des disciplines sont des adaptations de sports olympiques (athlétisme, basket, cyclisme, natation…), mais deux disciplines sont propres aux Jeux paralympiques : la boccia et le goalball.

La boccia est un sport qui peut s’apparenter à un mélange de pétanque et d’échecs . Le goalball est un sport de ballon pratiqué par les déficients visuels, qui s’affrontent devant de grands buts par équipe de trois.

La France n’est pas qualifiée en goalball.

Deux sports font leur apparition aux Jeux paralympiques de Tokyo : le badminton et le taekwondo.

La France est représentée par 138 athlètes dans 19 sports différents.

Y a-t-il des Picards qualifiés ?
Oui ! La Picardie est représentée à ces Jeux paralympiques de Tokyo. Parmi eux, trois Axonais : Samir Vanderbeken (boccia), Vincent Fagnon en tir 50 m couché et Didier Richard qualifié pour les tirs à 10m, 50 m couché, 50 m trois positions.

Dans la Somme, c’est une femme, Erika Sauzeau, qui sera sur la ligne de départ en aviron.

Au niveau des Hauts-de-France, la liste des athlètes présents à Tokyo s’allonge, avec sept représentants du Nord-Pas-de-Calais aux Jeux paralympiques.

Depuis quand existent les Jeux paralympiques ?
Les premiers Jeux paralympiques ont eu lieu à Rome en 1960, mais l’histoire de la compétition remonte à la fin de la Seconde Guerre mondiale. En 1948, le médecin juif allemand exilé en Angleterre, Ludwig Guttman, décide d’organiser une compétition sportive pour les blessés de guerre de son hôpital , à Stoke Mandeville. Au départ, c’était une simple épreuve de tir à l’arc, entre Britanniques, mais les « Jeux de Stoke Mandeville » s’ouvrent aux Néerlandais dès 1952 et se développent autour de nouvelles épreuves.

Pendant huit ans, Ludwig Guttman bataille pour que les instances olympiques créent une compétition pour handicapés . Les Jeux de Stoke Mandeville de 1960 sont délocalisés à Rome, une semaine après les Jeux olympiques. Si le nom Jeux paralympiques n’apparaît qu’en 1988, les Jeux de Rome sont considérés comme les premiers. Aujourd’hui, les Jeux paralympiques réunissent plus de 4 000 athlètes.

Les Jeux paralympiques se déroulent à huis clos du 24 août au 5 septembre, à Tokyo. Ils sont retransmis en direct sur France 3 et France 4, tous les jours de 7 heures à 15 heures. La France a pour objectif de ramener 35 médailles de Tokyo.

Komla AKPANRI

Je me nomme AKPANRI Komla, historien de formation, arbitre fédéral. Le journalisme est une passion pour moi plus précisément le journalisme sportif puisque je suis un sportif. Ayant fait une formation en histoire, j'aborde aussi des questions politiques, sociales et culturelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *