Côte d’Ivoire: la saignée continue au sein du FPI, Affi N’guessan perd de nouveaux cadres

Alors que des hauts responsables du Front populaire ivoirien (FPI) se sont désengagés dudit parti et ont quitté la lutte avec Pascal Affi N’guessan, d’autres cadres de régions ont pris également la tangente.

C’est encore des démissions en cascades qui sont jetés à la figure du président du FPI alors même qu’il tente de remobiliser les troupes. A la suite du Secrétaire national chargé de l’organisation des manifestations du parti Konaté Navigué, et de plusieurs autres hauts responsables, c’est le tour de cadres de région. Selon un rapport de Afrique Sur 7, 3 fédéraux de Yopougon ont déposé leur démission du FPI pour rejoindre le projet de Laurent Gbagbo.

C’est dans un post sur son compte Facebook qu’un des démissionnaires, Landry Akpa, a fait connaitre la nouvelle. « Didier Blondé, secrétaire général de la fédération FPI Kouté, Lago Kipré Prince, de la fédération JFPI-Port Bouët 2, Tra Bi Olivier membre de la fédération Yopougon-centre et Landry Akpa SN de la JFPI-Abidjan-Banco rendent leur démission du Front populaire ivoirien dirigée par Pascal Affi N’Guessan, et par conséquent, répondent à l’appel de Son Excellence Laurent Gbagbo, qui décide de mettre sur pied un grand rassemblement politique pour la restauration de la démocratie et la paix », a-t-il indiqué.

Après son retour en Côte d’Ivoire, Laurent Gbagbo a estimé qu’il ne peut pas continuer son combat politique avec Pascal Affi N’guessan. Le fondateur du FPI a décidé de laisser le parti entre les mains de son poulain et d’en créer un autre. Une décision prise alors qu’une guerre de leadership s’est installée entre les deux personnalités. Depuis, les défections se font légions au sein du FPI et plusieurs annoncent qu’ils rejoindront le projet de Gbagbo.

Komla AKPANRI

Je me nomme AKPANRI Komla, historien de formation, arbitre fédéral. Le journalisme est une passion pour moi plus précisément le journalisme sportif puisque je suis un sportif. Ayant fait une formation en histoire, j'aborde aussi des questions politiques, sociales et culturelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.