Centrafrique: le ministre des finances Monsieur Hervé Ndoba Sonne le glas du dysfonctionnement des services

Dans le cadre du renforcement des capacités de la machine de contrôle interne du ministère des finances et du budget, le ministre Hervé Ndoba a échangé, le 24 août 2021, dans la salle de conférences dudit ministère, avec l’équipe de l’Inspection Générale des Finances (IGF), conduite par l’inspecteur général des finances Germain Wasmoutoyo.

En effet, dans la perspective de maximisation de la collecte des deniers publics, et en vue d’assurer la bonne exécution des missions qui sont dévolues au ministère chargé des finances et du budget, le ministre Hervé Ndoba a fait savoir, sans langue de bois, aux membres de l’inspection générale des finances, qu’il attache un prix important et voue un grand respect à leur fonction. Car, c’est une fonction qui, de part sa mise en œuvre correcte, permet d’apporter une assistance technique au ministre, dans l’exercice de ses attributions pour le contrôle des finances de l’État.

Au fait, l’inspection générale des finances, exerce une mission générale de contrôle, d’audit, d’étude, de conseil et d’évaluation en matière administrative et financière. Ce travail permet de déceler les anomalies, de lutter contre la fraude et de contribuer non seulement, à l’amélioration des recettes publiques, mais aussi au fonctionnement des services par la qualité des recommandations.

Placée sous l’autorité directe du ministre chargé des finances et du budget, et dirigée par un inspecteur général, l’I.G.F est habilitée à procéder à toutes missions de contrôle, de vérification ou contre-vérification, de toutes les situations douanières, fiscales ou non fiscales sur instructions des autorités compétentes. A ce titre, les inspecteurs de finances jouent le rôle des gendarmes en matière du contrôle de la gestion des finances publiques et participent aux travaux d’encadrement, d’expertise et de conception pour les missions, dans le champ d’actions du gouvernement.

Raison pour laquelle, le ministre Ndoba, par analogie, a pris cette institution pour un système d’alarme qui, si elle ne fonctionne pas, la République serait en danger. A cet effet, le membre du gouvernement, après avoir fait le tour du département des finances, exhorte l’IGF à se mettre rapidement au travail pour que la chaîne de dépenses, les régies financières, les entreprises d’État, les régies financières des provinces et partout où il y a un intérêt financier de l’État se sentent surveiller, contrôler et que les informations réelles et utiles puissent lui remonter aux fins d’ une meilleure gestion du patrimoine financier de l’Etat centrafricain.

Nous osons croire que la récréation est terminée. L’IGF va devoir accompagner le ministre chargé des finances et du budget, dans sa lourde responsabilité de gestion du patrimoine de l’Etat, en accomplissant avec diligence, sérieux et rigueur, sa mission spécifique de contrôle et de surveillance de toutes les finances de la République.

Komla AKPANRI

Je me nomme AKPANRI Komla, historien de formation, arbitre fédéral. Le journalisme est une passion pour moi plus précisément le journalisme sportif puisque je suis un sportif. Ayant fait une formation en histoire, j'aborde aussi des questions politiques, sociales et culturelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *