Hervé Ndoba jauge le niveau d’avancement des travaux préparatifs du séminaire sur l’élaboration du plan stratégique sur 2022-2026

La salle de conférences du ministère des finances et du budget a servi de cadre, à la réunion relative au projet de canevas du séminaire, portant élaboration du plan stratégique 2022-2226, le 30 août 2021. Sous la conduite clairvoyante du ministre Hervé Ndoba, cette réunion a enregistré la participation du directeur de cabinet du département, Alain Modeste Kondji, de l’inspecteur général des finances Germain Wasmoutoyo, du coordonnateur de la cellule chargée de la réforme économique et financière Armel Kpanou, et des responsables siégeant dans les différentes commissions mises en place dans le cadre des préparatifs dudit séminaire.

Il était question lors de cette rencontre, d’évaluer le niveau d’avancement des travaux relatifs à l’important séminaire projeté. Ainsi, les activités de chacune des commissions instituées, étaient passées au peigne fin. Concrètement, chaque responsable de commission, a eu l’occasion de présenter l’état d’avancement des tâches à exécuter, d’exposer les difficultés et certaines lacunes à combler. Il s’agit des commissions amélioration de la mobilisation des ressources ; optimisation de la dépense publique ; amélioration de la gouvernance et de transparence ; optimisation de la gestion de la trésorerie ; renforcement des capacités ; harmonisation des textes ; digitalisation et dématérialisation des procédures et des processus ; amélioration de la communication institutionnelle, entre autres.

L’on retiendrait des travaux que nombre des commissions ont vu leurs travaux validés à 100 %, il s’agit en l’occurrence des trois premières commissions. Concernant les autres commissions, de manière unanime, certaines insuffisances ont été corrigées. Au fait, bien de commissions ont connu le renforcement en termes de membres relevant des entités sectorielles nécessaires à la tenue du séminaire. Ensuite, il était question que le comité scientifique puisse se pencher sur la rédaction des termes de références du séminaire qui doivent être disponibles, vers la mi-septembre, en vue de leur validation au plus tard le 25 septembre.

Il est alors de bon droit, de louer cette initiative, qui par le passé était chose rarissime de la part du ministère des finances et du budget. Ce changement du paradigme, si l’on peut dire ainsi, consiste pour le ministère chargé des finances et du budget à concevoir des projets ou programmes, allant dans les sens de l’amélioration de ses actions. Or, il y a des décennies, l’on attendait essentiellement des partenaires techniques et financiers qu’ils puissent réfléchir pour le département, en sachant que parfois, ils ignorent, du moins, n’ont pas de parfaite connaissance des spécificités de leurs interlocuteurs. C’était ce qui se traduisait en fiasco des projets à grand coût pour les Etats.

De part cette initiative, le ministère fait montre de sa détermination à exprimer de manière non équivoque ses réels desiderata, et de pouvoir mieux défendre ses actions salutaires en faveur des finances publiques. Sans faire de jugement hâtif, cette initiative se veut catalyseur de mobilisation satisfaisante des ressources financières publiques et par ricochet, le bonheur du peuple centrafricain dont le gouvernement que dirige le Premier ministre, chef du gouvernement, sous la très haute impulsion du président de la République, chef de l’Etat, Pr Faustin Archange Touadera, n’a de cesse chercher à faire face aux besoins multiples et variés de développent socioéconomique en faveur d’ une paix pérenne.

Komla AKPANRI

Je me nomme AKPANRI Komla, historien de formation, arbitre fédéral. Le journalisme est une passion pour moi plus précisément le journalisme sportif puisque je suis un sportif. Ayant fait une formation en histoire, j'aborde aussi des questions politiques, sociales et culturelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.