Centrafrique : La main tendue du président Touadéra tordue par ses proches


On se souvient dès son accession au pouvoir en 2016, le président Touadéra a tendu la main à tous ses compatriotes de bonne foi afin que le pays reprenne son éclat de son époque glorieux où la République centrafricaine était la référence en toute chose. Malheureusement, le président Centrafricain semble rester dans sa posture de croyant à la parole de Dieu sans toutefois comprendre que ces griots qui rôdent autour de lui ne sont pas au service de la nation mais de leurs intérêts fourbes.


La République Centrafricaine est en perte de vitesse dans tous les plans avec les éternels griots qui ne pensent qu’à leurs poches, ventres et non à l’avenir de la nation .

« Le président Touadéra doit comprendre que les mêmes qui ont été avec Patassé, ont aussi servi Bozizé jusqu’à sa descente aux enfers et ce sont eux qui se disent des détenteurs du titre foncier centrafricain. Malheureusement, ils ne lui rendent pas service puisqu’ils sont à ses côtés, soit pour se protéger contre la justice, soit pour maintenir leur influence comme fut le cas sous d’autres régimes où les partis RDC, MLPC, KNK…étaient un billet de salut. Il y a lieu de distiller les vrais patriotes des chercheurs des intérêts », a lâché un observateur de la vie politique.


Nul ne peut dire le contraire de nos jours que certains proches du pouvoir roulent à contre-courant de la vision de la politique du président Touadéra. Pour preuve, les services de renseignement de ce pays ne rendent pas service au mathématicien réputé de Centrafrique. Qui peut ignorer l’humiliation du JMA de Bambari, les tueries de Fatima, l’attaque échouée des rebelles de la CPC, l’infiltration des criminels dans la ville de Bangui, la fuite des récidivistes Meckassoua et Bozizé où les services de renseignement ont prouvé au locataire du Palais de la Renaissance qu’il n’était pas à l’abri. Malheureusement tous les tenants du titre de cet échec ont été promus à des grades supérieurs pour avoir trahi la nation.

Diantre !
Paradoxalement, le général d’opérette François Bozizé retourne à Bangui par la petite porte sans que le président Touadéra ne soit informé par ceux qui sont payés par les frais du contribuable Centrafricain. Il va s’installer dans ce pays avec le titre d’ancien Chef d’Etat sans que personne ne puisse analyser la face cachée de son retour dans ce pays. Echec en échec, le gouvernement s’est trouvé dos au mur avec l’entrée de la Coalition des Patriotes pour le Changement (CPC) de François Bozizé sans que ces services ne soient informés ou du moins étaient de mèche avec ce groupe des criminels.


Le plus comique est la fuite clandestine du client de la justice Abdou Karim Méckassoua de Bangui sans que, le palais de la Renaissance ne soit informé. Le président Touadéra et son peuple sont-ils en sécurité ? Seul Dieu pourra lui donner une réponse qui rassure.


Le ridicule ne tue pas sinon les héritiers de ce pays devraient comprendre que le président Touadéra travaille pour toute la République et que ceux qui se disent compatriotes devraient lui donner des conseils allant dans le sens d’améliorer les conditions de vie de ses compatriotes. Malheureusement, les éternels griots brillent par les détournements des fonds publics, l’enrichissement illicite, le vol des biens d’Etat, la prédation des ressources naturelles et étalent leur train de vie au vu et su de tout le monde.


Pour preuve, lorsqu’on analyse les rapports de l’IGE (Inspection générale d’Etat), l’IGF (Inspection générale des finances), la Cour des Comptes, et la Haute Autorité de la Bonne Gouvernance, on constate avec amertume que ceux qui étaient dans la mangeoire depuis les feux présidents Dacko, Bokassa, Kolingba, Patassé et au temps de Bozizé, Djotodia, Samba-Panza… ce sont les mêmes qui veulent tuer ce pays .

« Le président Touadéra est un homme pragmatique. Il a fait en cinq ans ce que certains n’avaient pas fait en dix ans. Malheureusement son entourage dit chaque fois avec fierté que mangeons, pillons car, demain c’est Touadéra seul qui répondra devant le peuple. Drôle d’histoire apocalyptique » s’inquiété une source politique.


Une chose est claire qui ne doit pas échapper à la vigilance de Touadéra qui semble jouer au feu qui l’entoure actuellement. Ils disent attacher à sa vision politique alors qu’en réalité, c’est de profito-situationnistes qui profitent de sa largesse pour noircir son régime. On ne peut développer un pays avec des gens qui te tuent en même temps. Aujourd’hui, Touadéra doit savoir que pour gouverner un pays, il faut toujours accompagner la carotte avec un bâton. Le temps est arrivé pour le locataire du palais de la Renaissance de changer le fusil d’épaule et de laisser les voleurs de la République à la merci de la justice qui est prête à s’occuper de leur sort.

Komla AKPANRI

Je me nomme AKPANRI Komla, historien de formation, arbitre fédéral. Le journalisme est une passion pour moi plus précisément le journalisme sportif puisque je suis un sportif. Ayant fait une formation en histoire, j'aborde aussi des questions politiques, sociales et culturelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.