Afrique du Sud : Jacob Zuma en liberté conditionnelle

L’ex président sud-africain, Jacob Zuma, a écopé de quinze mois de prison pour outrage à la justice, suite à son refus de se présenter devant une commission d’enquête sur la corruption. Il a commencé à purger sa peine en juillet dernier, mais il était hospitalisé depuis début août. Désormais en liberté conditionnelle pour des raisons de santé non détaillées, cette décision suscite des réactions.

Même si sa santé s’améliore par la suite, la décision est irrévocable, selon les services pénitentiaires, sauf si Jacob Zuma ne respecte pas les conditions de sa libération. Cette décision était acclamée par ses soutiens, mais décriée par ceux qui demandent des précisions sur sa mystérieuse maladie.

Mais du côté du principal parti d’opposition, l’Alliance démocratique, c’est l’indignation. Le chef du parti entend déposer une requête pour avoir accès aux critères exacts qui ont conduit à cette remise en liberté conditionnelle.

D’autre petits partis se joignent au concert de critiques qui visent le chef des services pénitentiaires Arthur Fraser. Cet ancien directeur des services de renseignement, sous la présidence Zuma, est accusé d’avoir fait preuve de partialité dans sa décision.

Komla AKPANRI

Je me nomme AKPANRI Komla, historien de formation, arbitre fédéral. Le journalisme est une passion pour moi plus précisément le journalisme sportif puisque je suis un sportif. Ayant fait une formation en histoire, j'aborde aussi des questions politiques, sociales et culturelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.