Afrique du Sud : les manifestations violentes ont coûté plus d’un milliard de dollars

Les manifestations violentes qui ont éclaté dans certaines régions d’Afrique du Sud en juillet en raison de l’emprisonnement de l’ancien président Jacob Zuma ont causé des dommages d’une valeur de 1,7 milliard de dollars (25 milliards de rands), selon la compagnie d’assurance publique qui gère les demandes d’indemnisation.

Plus de 300 personnes sont mortes et plus de 200 centres commerciaux ont été pillés dans les provinces du KwaZulu Natal et du Gauteng lorsque des émeutiers ont saccagé des magasins et volé des produits d’épicerie, de l’alcool, des appareils électriques et des vêtements, selon les chiffres officiels. Des usines et des entrepôts ont également été dévalisés et brûlés.

Ces émeutes ont porté atteinte à l’économie sud-africaine. Des camions de marchandises ont brûlé dans le KwaZulu-Natal, ce qui a entraîné la fermeture d’autoroutes essentielles utilisées pour le transport des marchandises des ports de l’océan Indien vers les autres régions du pays.

Sasria, la compagnie d’assurance gouvernementale sud-africaine qui couvre les risques spéciaux tels que les troubles publics, les émeutes et le terrorisme, cherche maintenant à obtenir des fonds du gouvernement du président Cyril Ramaphosa pour couvrir toutes les demandes d’indemnisation des entreprises et des particuliers qui ont subi des dommages pendant les émeutes.

Selon Sasria, les émeutes sud-africaines ont été parmi les plus coûteuses au monde au cours des dix dernières années, dépassant les dommages causés par les émeutes dans divers États américains suite au meurtre de George Floyd en 2020, qui ont coûté environ 1,5 milliard de dollars en dommages.

S’adressant au Parlement mercredi, les dirigeants de Sasria ont demandé un renflouement financier des caisses de l’État pour couvrir le manque à gagner auquel ils devront faire face pour régler toutes les réclamations.

Ces manifestations ont été déclenchés par l’arrestation de Jacob Zuma pour avoir refusé de se conformer à l’ordre de la Cour constitutionnelle de témoigner dans le cadre d’une enquête soutenue par l’État sur des allégations de corruption durant son mandat présidentiel de 2009 à 2018.

Jacob Zuma a été condamné à 15 mois d’emprisonnement, mais le week-end dernier, il a été placé en liberté conditionnelle pour raisons médicales après avoir passé deux mois au centre correctionnel d’Estcourt, où il était principalement hébergé dans l’aile médicale de la prison.

Komla AKPANRI

Je me nomme AKPANRI Komla, historien de formation, arbitre fédéral. Le journalisme est une passion pour moi plus précisément le journalisme sportif puisque je suis un sportif. Ayant fait une formation en histoire, j'aborde aussi des questions politiques, sociales et culturelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *