Le Japon désigne la Chine, la Russie et la Corée du Nord comme des menaces dans le cyberespace

Le gouvernement japonais a adopté lundi un projet de stratégie de cybersécurité pour les trois prochaines années, désignant pour la première fois la Chine, la Russie et la Corée du Nord comme menaces de cyberattaque.

La stratégie, qui devrait être bientôt approuvée par le Cabinet, a déclaré que la situation dans le cyberespace contient le « risque de devenir rapidement une situation critique » et que les trois États sont soupçonnés d’être impliqués dans des cyberactivités hostiles.

Il a également déclaré que le Japon prendra « des contre-mesures sévères en utilisant tous les moyens et capacités efficaces disponibles », y compris des réponses diplomatiques et des poursuites pénales.

Le secrétaire en chef du Cabinet, Katsunobu Kato, a exhorté les membres du siège stratégique de la cybersécurité à « travailler avec les gouvernements locaux tout en accordant une attention suffisante à la confiance du public et à la mise en œuvre constante des mesures énoncées dans la stratégie ».

Le Japon n’a confirmé aucune cyberattaque affectant les Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo cet été, a-t-il déclaré.

Le Japon accélérera sa coopération dans le domaine du cyberespace avec ses partenaires dans le cadre Quad – les États-Unis, l’Australie et l’Inde – ainsi qu’avec l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est pour réaliser une région indo-pacifique libre et ouverte, selon le projet de stratégie. , dans un effort apparent pour contrer le poids croissant de la Chine.

Du point de vue de l’élimination des risques pour les activités économiques, la stratégie a noté la nécessité de s’assurer que les infrastructures critiques telles que les câbles sous-marins sont bien protégées et de créer de nouvelles normes de sécurité et de fiabilité pour les dispositifs informatiques.

Avec le lancement de l’Agence numérique le 1er septembre pour promouvoir la numérisation du pays

Komla AKPANRI

Je me nomme AKPANRI Komla, historien de formation, arbitre fédéral. Le journalisme est une passion pour moi plus précisément le journalisme sportif puisque je suis un sportif. Ayant fait une formation en histoire, j'aborde aussi des questions politiques, sociales et culturelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *