Centrafrique : Un désordre se dessine avant la tenue du prochain dialogue


Le dialogue républicain voulu par tous les Centrafricains sur la volonté du président Touadéra, est en train de prendre une allure terrible et les choses préparées par le comité d’organisation vont se buter à un mur si la situation n’est pas sauvée dans les brefs délais.
Dans des pays de la sous-région, les conflits militaro-politiques se gèrent par le dialogue.

Autrement dit, tous les conflits se règlent par le dialogue afin de toutes les filles et fils du pays se retrouvent pour échanger afin d’enterrer la hache de guerre et de solutionner les stratégies de leurs pays. Car, même dans l’acte de la création, tout a fait par la parole et depuis la maxime devenue célèbre de Socrate « Connais-toi, toi-même », l’homme a été mis au centre de tout débat en sa qualité d’être social et sociable déterminé à tout règle par le canal de la raison. Pour dire combien de fois le dialogue entre les hommes a une place prépondérante dans la gestion des conflits.


Cependant avec Montaigne, on met des réserves car, l’homme est ondoyant et divers changeant à des moments indéterminés. C’est dans ce contexte que la duplicité des signataires des accords, des foras et des dialogues ont été toujours dans la posture d’écorcher les documents signés. Que signifie alors les dialogues en Centrafrique.


La RCA a eu à traverser des moments sombres et ce pays ne peut pas continuer avec les dialogues en dialogues alors que les mêmes causes produiront toujours éternellement les mêmes effets. Ces dialogues et foras d’antan n’ont profité à rien et le pays continue de sombrer toujours dans la crise qui ne dit pas son nom à cause des intérêts égoïstes des certains leaders politiques et les chefs des groupes armés qui se plaisent dans le chaos alors que le peuple tire le diable par la queue.


Si toutes les stratégies se positionnent pour que ce dialogue réussisse, certains leaders politiques surtout ceux de la COD20 rament à contre-courant de la volonté populaire ; ce qui fait que la RCA se replonge dans la crise éternelle. Malgré que le comité d’organisation soit mis en place et que les actions avancent pour la bonne tenue de ce dialogue, les leaders des partis d’opposition et les chefs rebelles qui tuent les Centrafricains sortent de leur carapace pour boycotter pour cette rencontre historique qui vise selon les propres mots du président, de taire les querelles entre les filles et fils du pays.


Tous les Centrafricains sont attachés fidèlement aux mots d’ordre de leur président. Pas de dialogue avec ceux qui ont repris les armes après Khartoum pour détruire le pays sinon, c’est vouloir le beurre et l’argent du beurre.
Pourquoi encore les leaders politiques d’opposition veulent que le dialogue ne se résume qu’à eux et les chefs rebelles de la CPC ? C’est bien préciser. Dialogue républicain et non dialogue inclusif, pardon exclusif avec les leaders de la COD20-CPC de François Bozizé qui continuent de massacrer les Centrafricains dans l’arrière-pays.


Le comité d’organisation de ce dialogue attendu est à pied d’œuvre pour rendre publiquement la date exacte de ce rendez-vous. Il n’en est pas question d’autres organisations comme la Communauté Sant’Egidio qui fait son mea culpa aux injonctions des leaders de la COD20 afin d’imposer un autre format de ce dialogue aux Centrafricains. In fine, ce dialogue doit se tenir sur la terre centrafricaine, dirigé par les Centrafricaines eux-mêmes pour que les solutions durables y soient trouvées.

Potentiel

Komla AKPANRI

Je me nomme AKPANRI Komla, historien de formation, arbitre fédéral. Le journalisme est une passion pour moi plus précisément le journalisme sportif puisque je suis un sportif. Ayant fait une formation en histoire, j'aborde aussi des questions politiques, sociales et culturelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *