Des éléments de la CPC sont sorties de la brousse vers Alundao et déposent volontairement leurs armes et plaide la réinsertion sociale

Au moment où certaines mauvaises langues continuent de noircir les actions de neutralisation et de ratissage des FACA et leurs Alliés Russes et Rwandais, le peuple Centrafricain reste serein et fait confiance à ces actions pacifiques. La paix et le vivre ensemble se pointent à l’horizon sur le pays de Boganda qui continue de subir la complicité et la duplicité de certaines grandes puissances qui se réjouissent de cette crise qui perdure.

La fuite de BOZIZÉ au Tchad montre clairement que la CPC n’existe que de nom. Après plusieurs désarmement sur qui ont eu lieu, c’est aujourd’hui le tour de la ville d’Alindao où la population était stupéfaite de constater qu’au milieu de la journée une vingtaine d’éléments armés de la CPC fait son irruption dans la ville. Juste en les voyant certains jeunes voulaient les linger, mais ces derniers de les signifier qu’ils sont sortis pour faire la paix. C’est ainsi que les éléments de la CPC qui ont capitulé d’eux mêmes ce sont dirigés vers la gendarmerie où il y avaient aussi des FACA et les RUSSES qui les accueilli. Pour les forces nationales qui étaient dans la ville, c’est un acte patriotique que ces fils du pays ont posé.

Selon l’un des déserteurs de la CPC, depuis fort longtemps, ils sont abandonnés à leur triste sort. Ceux qui les ont amené dans la localité d’Alindao ne tiennent plus compte d’eux.  » Nous sommes avant donnés comme des animaux dans ma forêt, et nous étions parfois obligés de braquer, de faire la violence aux passants pour gagner notre pain quotidien, nous nous sommes rendus compte que nous sommes sur la voie de la perdition. D’où nécessité de nous livrer aux autorités locales pour que nous bénéficions d’une situation atténuante. Nous ne réclamons rien d’autres que la réinsertion sociale » a précisé un de leur.

Notons qu’ils ont été accueillis à bras ouvert par toute la population et les autorités militaires qui ont récupéré tout ce que ces derniers avaient sur eux comme matériels de guerres.

Il est temps que les forces nationales et les alliés saisissent cette occasion pour élargir leur rayon de sécurisation de cette localité. Ce qui prouve réellement qu’il y a certains éléments de la CPC qui peuvent se mélanger à la population partout à l’intérieur du pays. Donc vigilance obligé!

Affaire à suivre!

Komla AKPANRI

Je me nomme AKPANRI Komla, historien de formation, arbitre fédéral. Le journalisme est une passion pour moi plus précisément le journalisme sportif puisque je suis un sportif. Ayant fait une formation en histoire, j'aborde aussi des questions politiques, sociales et culturelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *