Yémen: les Houthis interceptent un avion de reconnaissance américain à Marib


Les autorités yéménites ou la Coalition arabe n’ont fait aucune déclaration officielle à ce sujet jusqu’à 8h00 GMT.

Les Houthis ont annoncé samedi avoir abattu un avion de reconnaissance américain dans le gouvernorat de Marib, dans le centre du Yémen.

C’est ce qui ressort d’un communiqué du porte-parole militaire des Houthis, Yahya Saree, quelques heures après la destruction d’un lanceur de missiles balistiques dans la capitale, Sanaa.

« Les défenses aériennes ont réussi à abattre un avion de reconnaissance américain de type Scan Eagle », indique le communiqué.

Il a ajouté que « l’avion a été abattu alors qu’il menait des actions hostiles dans l’espace aérien de la zone de Juba dans le gouvernorat de Marib (centre) ».

Et la même source de poursuivre: « l’avion a été abattu avec une arme adaptée, affirmant qu’il s’agit du septième appareil du même type abattu cette année. »

Par ailleurs, le communiqué n’a pas précisé son affiliation, mais le groupe avait précédemment annoncé à plusieurs reprises avoir abattu des avions espions appartenant à la Coalition arabe.

Cependant les autorités yéménites ou la Coalition arabe n’ont fait aucune déclaration officielle à ce sujet jusqu’à 8h00 GMT.

A l’aube de samedi, la Coalition arabe a annoncé, dans un communiqué, la mort d’un groupe d’experts, lors d’un bombardement et la destruction d’un lanceur de missiles balistiques, dans la capitale yéménite, Sanaa.

Depuis février dernier, les Houthis ont intensifié leurs attaques dans le gouvernorat de Marib afin de le contrôler, car il s’agit du bastion le plus important du gouvernement yéménite et le siège principal du ministère de la Défense, en plus de ses richesses en pétrole et en gaz.

La guerre au Yémen en cours pour la septième année a coûté la vie à 233 000 personnes, tandis que 80% de la population d’environ 30 millions de personnes dépend de l’aide pour survivre dans la pire crise humanitaire au monde, selon les Nations Unies.

AGORA 24

Komla AKPANRI

Je me nomme AKPANRI Komla, historien de formation, arbitre fédéral. Le journalisme est une passion pour moi plus précisément le journalisme sportif puisque je suis un sportif. Ayant fait une formation en histoire, j'aborde aussi des questions politiques, sociales et culturelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.