USA: Une journaliste americaine compare Poutine à un joueur professionnel de basket

Les entretiens entre les délégations russe et états-unienne tenus à Genève ont poussé une journaliste américaine de la chaîne Fox News à comparer une discussion de Vladimir Poutine avec l’équipe de Biden à un match d’un joueur professionnel de basketball avec une équipe scolaire.


S’exprimant au sujet des négociations des délégations de la Russie et des États-Unis à Genève, une journaliste de la chaîne Fox News a comparé Vladimir Poutine à un joueur professionnel américain de basketball. Elle a fait un parallèle entre les négociations du dirigeant russe et de l’équipe de Biden avec une partie entre LeBron James et des élèves.

« Laisser Poutine négocier avec l’équipe de Biden, c’est comme laisser LeBron James jouer contre des collégiens », a écrit la journaliste en diffusant l’article du New York Times intitulé « La prochaine démarche de Poutine en Ukraine est un mystère. Exactement comme il l’aime ».

Laura Ingraham n’a pas précisé pourquoi elle a simplifié le dialogue entre les États-Unis et la Russie, qui s’est déroulé au niveau des délégations composées de diplomates et de représentants, en une discussion entre les dirigeants des deux pays. Selon le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov, les contacts directs entre les Présidents russe et états-unien ne sont pas encore au point.
La Russie et les États-Unis ont tenu des consultations à Genève les 9 et 10 janvier sur les propositions de Moscou concernant les garanties de sécurité. Le Conseil Otan-Russie s’est réuni à Bruxelles ce mercredi 12 janvier, et sera suivi le 13 janvier de consultations à Vienne sur la plateforme de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).

Les négociations avec la Russie
Fin 2021, la Russie a présenté les projets d’un traité avec les États-Unis et d’un accord avec l’Otan sur des garanties de sécurité. En particulier, Moscou exige des partenaires occidentaux des garanties juridiques contre la poursuite de l’expansion de l’Otan vers l’est, contre l’adhésion de l’Ukraine à l’Alliance et contre l’établissement de bases militaires dans les pays ex-soviétiques.


Ce 12 janvier, le vice-ministre russe des Affaires étrangères Alexandre Grouchko a déclaré que le système de contrôle des armements en Europe s’était complètement effondré en raison des démarches des États-Unis et de l’Occident, alors que les mesures proposées par Moscou permettent de revenir à la construction de la sécurité européenne.

La Russie répondra à l’Otan par une politique de contre-dissuasion et de contre-intimidation, « si l’Otan passe à une politique de dissuasion « , avait lancé ce mercredi Alexandre Grouchko. Si l’Otan souhaite collaborer avec la Russie, elle doit accepter la participation de Moscou aux efforts de maintien de la paix, a-t-il ajouté.
Les États-Unis s’attendent à ce que les contacts diplomatiques avec la Russie se poursuivent dans les prochains jours, a en outre fait savoir ce 12 janvier le porte-parole du département d’État, Ned Price, lors d’un point presse.

« Nous nous attendons à des contacts [diplomatiques, ndlr] supplémentaires avec la Russie. Nous espérons que l’interaction aura lieu dans les prochains jours, nous espérons que cette voie diplomatique se poursuivra, mais surtout, nous espérons qu’elle portera ses fruits », a avancé le diplomate.


Des sanctions visant Poutine?
Suivant la réunion du Conseil Otan-Russie tenue ce mercredi 12 janvier, un groupe de 25 membres démocrates du Sénat américain a présenté un projet de loi sur de nouvelles sanctions possibles contre la Russie et Vladimir Poutine personnellement, ainsi que plusieurs autres ministres russes et personnalités, que Washington pourrait adopter si la situation en Ukraine s’aggrave.

Le document s’intitule « Loi sur la protection de la souveraineté de l’Ukraine ».
La diplomatie russe avait déjà indiqué que sur les quatre heures d’entretiens ce 12 janvier, l’Otan a parlé de l’Ukraine pendant une heure et demie. Moscou a appelé l’Alliance à cesser d’accorder toute assistance militaire à l’Ukraine en vue d’assurer une désescalade de la situation autour de ce pays.


Source : sputnik news

Komla AKPANRI

Je me nomme AKPANRI Komla, historien de formation, arbitre fédéral. Le journalisme est une passion pour moi plus précisément le journalisme sportif puisque je suis un sportif. Ayant fait une formation en histoire, j'aborde aussi des questions politiques, sociales et culturelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *