»Ali Bongo confirme ce que tout le monde pensait de lui » dixit Luc Abaki

Le virus du troisième mandat a piqué la nation gabonaise. L’information est tombée depuis samedi 12 mars 2022. Ali Bongo entend être candidat à sa propre succession à l’élection présidentielle de 2023 au Gabon.

« Je serai là avec vous et pour vous », avait-il gaîment affirmé devant un parterre de dignitaires du parti présidentiel, le PDG qui célébrait ainsi son 54 ème anniversaire.

La nouvevelle a tellement sécoué les africains. Ce qui a sucité des réactions sur le continent. Le journaliste togolais Luc Abaki, prenant la nouvelle a aussi donné son point de vue sur la nouvelle.

 »Le fils d’Omar Bongo est donc sûr d’une chose, il est et reste l’homme de la situation, le seul d’ailleurs qui a été investi par la nature d’un pouvoir providentiel pour sauver le Gabon et parler partout où besoin est en son nom.

Celui-là qui s’est ainsi convaincu d’une telle chose, est en vérité un grabataire, terrassé il y’a au moins trois ans par un monstrueux AVC alors qu’il était en plein voyage pour un sommet en Arabie Saoudite.

Depuis lors, il a mené la bataille qu’il fallait pour sa survie, naturellement avec l’argent du contribuable gabonais, il l’a fait tant et si bien qu’aujourd’hui, bien que mouvant avec l’appui d’une canne, il est encore en vie, arrive tout de même à s’exprimer, bien sûr pas de la manière la plus limpide possible, mais il se fait quand-même entendre et répond présent aux grandes messes internationale où, parfois, il frôle la chute libre.

Heureusement, ses collègues présidents ont la décence, l’attention, l’affection ou finalement l’humanisme nécessaires pour l’aider à tenir debout toutes les fois où les circonstances l’exigent. Que pouvons-nous alors dire de son choix de se maintenir à la tête de son pays, malgré la lutte farouche que la nature elle-même lui a imposée afin de mériter de toujours être compté parmi les vivants ? Certainement qu’il aime le Gabon et les gabonais pour qui et au nom de qui il exerce le pouvoir. N’est-ce pas?

Ainsi donc il est certain que sans lui, Ali Bongo, le Gabon en tant qu’État et les gabonais en tant que peuple, ne pourraient avoir d’existence sur cette terre. Seulement une question surgit d’elle-même dans mon esprit, est-il investi aussi du pouvoir d’éternité physique ? Bien sûr qu’en l’état actuel de la situation, aucun être humain ne peut répondre à cette question à part, peut-être, le Président Bongo lui-même.

Mais dans tous les cas, pour le salut de ces citoyens du Gabon, nous prions pour sa santé physique, intellectuelle, morale et spirituelle afin qu’il leur serve la meilleure version de lui-même, qu’ils n’ont pas encore eu la chance de découvrir pour l’instant »

Luc Abaki

Komla AKPANRI

Je me nomme AKPANRI Komla, historien de formation, arbitre fédéral. Le journalisme est une passion pour moi plus précisément le journalisme sportif puisque je suis un sportif. Ayant fait une formation en histoire, j'aborde aussi des questions politiques, sociales et culturelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *