Florent Ibenge, ancien sélectionneur des Léopards A et A' ainsi que l'entraîneur de Vclub et l'actuel entraîneur de Renaissance Berkane du

 »La différence entre le championnat congolais et celui du Maroc se situe au niveau de l’organisation et des infrastructures » Florent Ibenge

Florent Ibenge, ancien sélectionneur des Léopards A et A’ ainsi que l’entraîneur de Vclub et l’actuel entraîneur de Renaissance Berkane du Maroc, après une expérience au Maroc compare le championnat congolais et celui du Maroc.

Après une expérience hors du Congo, l’ancien sélectionneur des Léopards donne son point de vu sur le championnat congolais et celui du Maroc. Selon lui, la seule différence qui se situe entre les deux championnats est l’organisation et les infrastructures. Le niveau de jeu est le même.

 » Le championnat congolais est compétitif au niveau africain. C’est l’un des meilleurs championnats d’Afrique si on regarde les résultats de Vita Club et Mazembe sur le continent. C’est un championnat qui produit des résultats intéressants en Afrique. Au niveau du CHAN, on a gagné deux trophées sur 6 éditions et ça montre que la RD Congo a un championnat intéressant. La différence notable entre le championnat marocain et le championnat congolais c’est le fait que celui du Maroc est beaucoup plus professionnel avec les meilleures infrastructures sportives d’Afrique, des stades exceptionnels. La plus grande différence se situe au niveau de l’organisation et des infrastructures. » a indiqué Florent Ibenge

Pour la coupe continentale qui se joue actuellement, en cas de qualification en demi-finale de la Coupe de la Confédération, le TP Mazembe jouera contre le vainqueur du match Renaissance Berkane vs Al Masry. Si Berkane gagne, il va affronter le club congolais et on verra vraiment le championnat qui est supérieur.

À suivre

Komla AKPANRI

Je me nomme AKPANRI Komla, historien de formation, arbitre fédéral officiant dans les championnats togolais de première et deuxième divisions. Le journalisme est une passion pour moi plus précisément le journalisme sportif puisque je suis un sportif. Ayant fait une formation en histoire, j'aborde aussi sur des questions politiques, sociales et culturelles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.