Le chanteur algérien, Cheb Khaled, a été victime d’escroquerie en Egypte où il a animé un gala artistique le mois de septembre de l’année

Cheb Khale victime d’une escroquerie en Egypte

Le chanteur algérien, Cheb Khaled, a été victime d’escroquerie en Egypte où il a animé un gala artistique le mois de septembre de l’année dernière. Dans un message publié sur les réseaux sociaux la star du rai affirme en effet qu’il n’a pas perçu son cachet en entier.

Cheb Khaled est une star incontestée de la chanson algérienne. Il a porté le rai oranais sur la scène mondiale. Très célèbre, il est sollicité dans les différents pays pour animer des spectacles couronnés d’ailleurs de grands succès. Digne représentant de l’Algérie à l’étranger, il s’est produit dans les quatre coins du monde.

La fin de l’année écoulée, il a été invité en Egypte pour animer un concert au niveau d’un des hôtels de luxe au Caire. Un contrat a été conclu et signé entre le chanteur et l’initiateur du gala. Comme cela é été convenu, Cheb Khaled a été au rendez-vous dans la soirée du 11 septembre 2021 et a tenu son gala.

Cheb Khaled saisit la justice

Plus de 8 mois plus tard, le chanteur n’est pas encore payé pour sa production. C’est lui même qui l’a affirmé dans un communiqué posté sur son compte Instagram cette semaine. Un communiqué qui a été en fait adressé aux autorités égyptiennes. Cheb Khaled a tenu en effet à informer ces autorités et l’opinion publique égyptienne sur cette affaire. Il a d’ailleurs annoncé le lancement d’une procédure judicaire contre le producteur qui a organisé la soirée.

Cheb Khaled affirme avoir déjà saisi un syndicat des artistes en vain. Pour lui la justice reste le seul recours pour récupérer son gain. L’auteur de Aicha, Didi entre autres tubes qui ont fait un tabac un peu partout dans le monde accuse en fait le producteur de ne pas avoir respecté ses engagement portés sur le contrat qu’ils ont conclu. Cheb Khaled souligne ainsi qu’il n’a perçu qu’une partie de son cachet.

Source: Algérie Expat

Komla AKPANRI

Je me nomme AKPANRI Komla, historien de formation, arbitre fédéral. Le journalisme est une passion pour moi plus précisément le journalisme sportif puisque je suis un sportif. Ayant fait une formation en histoire, j'aborde aussi des questions politiques, sociales et culturelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.