La Corée du Nord prendra lundi la présidence du forum mondial sur le désarmement qui a négocié le traité de non-prolifération nucléaire,

La Corée du Nord à la tête du Forum des Nations unies sur le désarmement

La Corée du Nord prendra lundi la présidence du forum mondial sur le désarmement qui a négocié le traité de non-prolifération nucléaire, déclenchant un appel (voir texte ci-dessous) de 30 organisations non gouvernementales accréditées par l’ONU pour le chef de l’ONU Antonio Guterres, les États-Unis, le Canada, le Royaume-Uni, les États de l’UE et d’autres démocraties à protester vigoureusement et à ce que leurs ambassadeurs quittent la conférence pendant les quatre semaines de la présidence nord-coréenne, à compter du 30 mai 2022.

La Conférence des 65 nations sur le désarmement , basée à Genève, est considérée comme la pierre angulaire des efforts de désarmement nucléaire. L’organisme soutenu par l’ONU s’appelle « l’unique forum multilatéral de négociation sur le désarmement de la communauté internationale ».

« Laisser le régime nord-coréen de Kim Jong-un présider au désarmement mondial des armes nucléaires reviendrait à confier à un violeur en série la responsabilité d’un refuge pour femmes », a déclaré Hillel Neuer, directeur exécutif d’UN Watch, une organisation non gouvernementale basée à Genève. qui surveille les Nations Unies et qui a été le fer de lance de la protestation commune.

« C’est un pays qui menace d’attaquer d’autres États membres de l’ONU avec des missiles et qui commet des atrocités contre son propre peuple. La torture et la famine sont monnaie courante dans les camps de prisonniers politiques nord-coréens où environ 100 000 personnes sont détenues dans ce qui est l’une des situations les plus désastreuses au monde en matière de droits de l’homme », a déclaré Neuer.

Selon les règles de l’ONU , l’ambassadeur nord-coréen au forum, M. Han Tae Song, aidera à organiser les travaux de la conférence et aidera à établir l’ordre du jour.

Il exercera toutes les fonctions d’un président de séance et représentera l’organe dans ses relations avec les États, l’Assemblée générale et les autres organes des Nations Unies, ainsi qu’avec les autres organisations internationales.

Bien que le poste soit en grande partie formel, « la Corée du Nord tenant le marteau du président est susceptible de porter gravement atteinte à l’image et à la crédibilité des Nations Unies, et enverra absolument le pire message », a déclaré Neuer.

« À une époque où la Chine, Cuba, la Libye, le Kazakhstan et le Venezuela siègent au Conseil des droits de l’homme de l’ONU, cela n’aidera pas.

La Corée du Nord est le premier proliférateur d’armes au monde

« La Corée du Nord est le premier proliférateur d’armes au monde. Le régime construit ses propres armes nucléaires en violation de ses engagements conventionnels. Pyongyang vend son savoir-faire en matière de missiles et d’atomes à d’autres régimes voyous en violation flagrante des sanctions de l’ONU », a déclaré Neuer.

Hier, Pyongyang a tiré trois missiles, dont un considéré comme son plus gros missile balistique intercontinental, le dernier d’une série de lancements de missiles balistiques interdits que le pays a effectués cette année.

« Si l’ONU cherche à être une institution dotée d’une boussole morale, elle ne peut pas permettre à des personnalités comme la Corée du Nord de diriger des agences de contrôle des armements et de continuer à élire les pires abuseurs du monde au sein de son organe suprême des droits de l’homme », a déclaré Neuer.

Les démocraties devraient sortir

« UN Watch exhorte les États-Unis, le Canada, la Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne et tous les autres États membres et observateurs à refuser d’envoyer des ambassadeurs à toute réunion de ce forum des Nations Unies présidé par la Corée du Nord. Les États-Unis et le Canada se sont retirés alors que l’Iran était président en 2013, et devraient le faire à nouveau », a déclaré Neuer.

C’est « un conflit d’intérêts fondamental d’avoir la Corée du Nord comme président d’un forum de désarmement, un acte susceptible d’être exploité par la propagande nord-coréenne, pour légitimer le régime cruel de Kim Jong-un », a déclaré Neuer.

« Un pays qui viole de manière flagrante les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU interdisant explicitement ses lancements de missiles balistiques devrait être exclu de tout poste officiel dans les organes de l’ONU traitant de questions aussi vitales que le désarmement nucléaire », a déclaré Neuer.

La Corée du Nord a poursuivi le développement de ses programmes nucléaires et de missiles balistiques en 2021 en violation des sanctions de l’ONU et malgré la détérioration de la situation économique du pays, ont rapporté en août les observateurs des sanctions de l’ONU.

« Le régime nord-coréen de Kim Jong-un ne peut tout simplement pas être un président crédible de cet organe ou de tout autre organe des Nations Unies. La mise au point illégale d’armes nucléaires par la Corée du Nord, en violation de ses obligations en matière de désarmement, va à l’encontre des objectifs et des principes de la Conférence du désarmement elle-même.

« La présidence de la Corée du Nord ne fera que saper l’intégrité du cadre de désarmement et des Nations unies, et aucun pays ne devrait soutenir cela. »

La Corée du Nord assumera la présidence de la Conférence du désarmement le 30 mai et la maintiendra pendant quatre semaines, jusqu’au 24 juin.

À propos de la Conférence du désarmement

La Conférence du désarmement (CD) rend compte à l’Assemblée générale des Nations Unies et est présentée par l’ONU comme « l’unique forum multilatéral de négociation sur le désarmement de la communauté internationale ».

Créée en 1979 après une session spéciale de l’Assemblée générale des Nations Unies, la CD est composée de 65 pays divisés ces dernières années sur des questions clés.

La conférence et ses prédécesseurs ont négocié des accords multilatéraux majeurs de limitation des armements et de désarmement tels que :

• Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires

• Convention sur l’interdiction de la mise au point, de la fabrication et du stockage des armes bactériologiques (biologiques) ou à toxines et sur leur destruction

• Convention sur l’interdiction de la mise au point, de la fabrication, du stockage et de l’emploi des armes chimiques et sur leur destruction

• Convention sur l’interdiction de l’utilisation militaire ou de toute autre utilisation hostile des techniques de modification de l’environnement

• Traité d’interdiction complète des essais nucléaires

Sanctions de l’ONU contre la Corée du Nord pour activités nucléaires et de missiles illicites

Le Conseil de sécurité des Nations Unies a adopté au moins neuf résolutions majeures sur les sanctions contre la Corée du Nord en réponse aux activités nucléaires et de missiles illicites du pays depuis 2006. Chaque résolution condamne la dernière activité de missiles nucléaires et balistiques de la Corée du Nord et appelle la Corée du Nord à cesser ses activités illicites. , qui viole les précédentes résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU.

En plus d’imposer des sanctions, les résolutions donnent aux États membres de l’ONU le pouvoir d’interdire et d’inspecter les cargaisons nord-coréennes sur leur territoire, puis de saisir et d’éliminer les cargaisons illicites.

Komla AKPANRI

Je me nomme AKPANRI Komla, historien de formation, arbitre fédéral. Le journalisme est une passion pour moi plus précisément le journalisme sportif puisque je suis un sportif. Ayant fait une formation en histoire, j'aborde aussi des questions politiques, sociales et culturelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *