Le vice-président de Guinée équatoriale, Teodoro Nguema Obiang Mangue, a menacé vendredi d'expulser l'ambassadeur de France en

L’ambassadeur de France en Guinée équatoriale menacé d’expulsion par le vice-président

Le vice-président de Guinée équatoriale, Teodoro Nguema Obiang Mangue, a menacé vendredi d’expulser l’ambassadeur de France en poste à Malabo si les autorités françaises expulsent les diplomates équato-guinéens de l’immeuble parisien abritant leur ambassade et confisqué par la justice dans l’affaire dite des « biens mal acquis ».

« Si Paris procède à l’expulsion de nos diplomates du bâtiment de notre ambassade, nous donnerons 24 heures à l’ambassadeur de France pour quitter le territoire de la Guinée équatoriale », a déclaré sur son compte Twitter, Teodorin Obiang, fils du président équato-guinéen Teodoro Obiang Nguema Mbasogo.

La justice française a déclaré irrecevable la requête en restitution de l’immeuble qui abrite l’ambassade de Guinée équatoriale à Paris.

Les lieux avaient été officiellement saisis bien que la décision n’ait pas été appliquée après la condamnation du vice-président Teodoro Obiang Mangue, dit Teodorin.

Il avait été condamné pour la première fois en octobre 2017 puis en février 2020 à trois ans de prison avec sursis, 30 millions d’euros d’amende et la confiscation de ses biens en France. Sa condamnation avait été confirmée en cassation en juillet 2021.

Après cette défaite au niveau judiciaire, la Guinée équatoriale avait adressé à la Cour d’appel de Paris une requête en restitution de l’immeuble de l’avenue Foch affirmant en être la propriétaire.

La justice française avait récusé la requête. L’immeuble bien que saisi abrite toujours les services diplomatiques équato-guinéens à Paris. La justice française accuse le fils du président d’avoir acquis entre 1997 et 2012 des biens grâce à des « détournements de fonds publics » en Guinée équatoriale.

Il est considéré comme le dauphin de son père âgé de 80 ans dont 42 années passées à la tête de la Guinée Équatoriale, petit pays riche en pétrole.

Agora24 Actu

Komla AKPANRI

Je me nomme AKPANRI Komla, historien de formation, arbitre fédéral. Le journalisme est une passion pour moi plus précisément le journalisme sportif puisque je suis un sportif. Ayant fait une formation en histoire, j'aborde aussi des questions politiques, sociales et culturelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.