Les autorités sanitaires britanniques déclarent un incident national après la détection du virus de la poliomyélite dans des échantillons d'eaux

RU: détection du virus de la poliomyélite dans des échantillons d’eaux usées

Les autorités sanitaires britanniques déclarent un incident national après la détection du virus de la poliomyélite dans des échantillons d’eaux usées

Les autorités sanitaires britanniques ont déclaré un incident national après la détection d’un virus de la poliomyélite dans des échantillons du système d’égouts de Londres, a annoncé mercredi l’Agence britannique de sécurité sanitaire (UKHSA) dans un communiqué de presse.

L’UKHSA a signalé que certains échantillons de déchets de la London Beckton Sewage Treatment Works, à l’est de Londres, avaient été testés positifs pour un poliovirus de type 2 « dérivé d’un vaccin » (VDPV2), entre février et mai. La société dessert environ quatre millions de personnes dans le nord et l’est de Londres. L’UKHSA a ajouté que chaque année, un à trois poliovirus « de type vaccin » sont normalement détectés dans des échantillons d’eaux usées au Royaume-Uni.

« Ces détections précédentes se sont produites lorsqu’une personne vaccinée à l’étranger avec le vaccin antipoliomyélitique oral vivant (VPO) est revenue ou s’est rendue au Royaume-Uni et a brièvement » perdu « des traces de poliovirus de type vaccin dans ses selles », indique le communiqué de presse.

Selon l’UKHSA, c’est la première fois qu’un groupe d’échantillons génétiquement liés est identifié, contrairement à la pratique courante.

Sky News a déclaré que « la plupart des personnes atteintes de poliomyélite n’auront aucun symptôme ». La poliomyélite se transmet d’une personne à l’autre principalement par la voie fécale-orale, ou moins fréquemment, par un vecteur commun (aliments ou eau contaminés), puis se multiplie dans l’intestin.

Vaccins disponibles
Les autorités sanitaires britanniques ont souligné que le poliovirus « peut, en de rares occasions, provoquer des maladies graves, telles que la paralysie, chez des personnes qui ne sont pas complètement vaccinées ». Le Royaume-Uni a confirmé le dernier cas de poliomyélite sauvage en 1984. En 2003, le pays a été déclaré exempt de poliomyélite. Le Royaume-Uni a remplacé le vaccin antipoliomyélitique oral par des vaccins antipoliomyélitiques inactivés en 2004. Néanmoins, certains pays, dont le Pakistan, l’Afghanistan et le Nigéria, continuent d’utiliser le vaccin antipoliomyélitique oral, alors qu’un grand nombre d’immigrants de ces pays vivent au Royaume-Uni.

Le programme de vaccination de routine du Royaume-Uni prévoit trois injections d’un vaccin antipoliomyélitique inactivé à administrer aux enfants avant l’âge d’un an. Ainsi, 95% des enfants britanniques ont eu leur cure de trois vaccins à l’âge de deux ans. A Londres, où ce virus a été détecté, le nombre est inférieur à 90 %. L’UKHSA appelle les Britanniques non vaccinés à réserver une vaccination.

Le vaccin antipoliomyélitique oral présente une différence fondamentale par rapport au vaccin antipoliomyélitique inactivé, car les souches de vaccin antipoliomyélitique modifié peuvent être excrétées du tractus gastro-intestinal pendant six semaines après la vaccination. Elle peut conduire à un poliovirus dérivé d’un vaccin à la fois chez la personne vaccinée (chez les personnes immunodéprimées) et chez les contacts non vaccinés.

Komla AKPANRI

Je me nomme AKPANRI Komla, historien de formation, arbitre fédéral officiant dans les championnats togolais de première et deuxième divisions. Le journalisme est une passion pour moi plus précisément le journalisme sportif puisque je suis un sportif. Ayant fait une formation en histoire, j'aborde aussi sur des questions politiques, sociales et culturelles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.