Le président américain Joe Biden a appelé mercredi le Congrès à suspendre une taxe fédérale sur les prix de l'essence pour 90 jours,

USA: Biden demande au Congrès de suspendre une taxe fédérale sur l’essence pour 90 jours

Le président américain Joe Biden a appelé mercredi le Congrès à suspendre une taxe fédérale sur les prix de l’essence pour 90 jours, alors que les Américains sont frustrés par la flambée des prix du carburant.

« En suspendant la taxe fédérale sur l’essence de 18 cents (par gallon) pour les 90 prochains jours, nous pouvons faire baisser le prix de l’essence et soulager un peu les familles », a-t-il déclaré dans un discours prononcé mercredi après-midi.

Le gouvernement fédéral prélève une taxe de 18 cents par gallon d’essence que les consommateurs achètent ainsi que de 24 cents par gallon de diesel. Cet impôt est en vigueur depuis 90 ans.

Mais cette initiative du président Biden a peu de chances de trouver un fort écho parmi les législateurs, car même les membres de son propre parti, telle que la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi, pourraient être réticents à la soutenir.

Mme Pelosi, ainsi que d’autres démocrates, ont fait valoir que les économies d’impôt pourraient ne pas aller aux consommateurs, mais profiter directement aux compagnies pétrolières.

Les républicains, quant à eux, ont accusé les démocrates de jouer à des « jeux politiques », arguant que la mesure proposée vise à renforcer les perspectives des démocrates et qu’elle expirerait rapidement après les élections de mi-mandat.

Dans son discours, M. Biden a par ailleurs demandé aux Etats de suspendre également leurs taxes sur l’essence ou de trouver d’autres moyens de les réduire, en faisant remarquer que celles-ci représentent en moyenne 30 cents par gallon.

Il a aussi exhorté l’industrie à raffiner davantage de pétrole pour en faire de l’essence et à faire baisser le prix des carburants, rejetant l’affirmation des républicains selon laquelle il bloquerait la production sur les terres fédérales.

Les compagnies pétrolières devraient utiliser leurs bénéfices pour augmenter leur capacité de raffinage plutôt que de racheter leurs propres actions, a-t-il ajouté.

Komla AKPANRI

Je me nomme AKPANRI Komla, historien de formation, arbitre fédéral. Le journalisme est une passion pour moi plus précisément le journalisme sportif puisque je suis un sportif. Ayant fait une formation en histoire, j'aborde aussi des questions politiques, sociales et culturelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.