La France a offert à la Suisse un édulcorant financier, d'une valeur estimée à 3,5 milliards de francs, pour acheter ses avions de combat Rafale

Un document sur un avion de chasse suisse révèle une offre fiscale française secrète

La France a offert à la Suisse un édulcorant financier, d’une valeur estimée à 3,5 milliards de francs, pour acheter ses avions de combat Rafale plutôt que des avions F-35A américains, selon un document secret vu par la chaîne publique suisse SRF.

Le document met en lumière les négociations de fond alors que la Suisse cherche à remplacer sa flotte vieillissante d’avions de chasse. Cela alimente également un argument en cours sur la question de savoir si les contribuables obtiennent le meilleur rapport qualité-prix.

L’accord F-35A de 6 milliards de francs suisses (6,2 milliards de dollars) a été approuvé par le Parlement en 2019Lien externeet a été approuvé par les électeurs suisses l’année suivante . Mais la saga ne s’est pas arrêtée là. Une autre initiative populaire, visant le choix spécifique des avions, semble avoir recueilli suffisamment de signatures pour forcer un nouveau référendumLien externe.

Le gouvernement a déclaré de manière controversée qu’il prévoyait de signer enfin le contrat d’approvisionnement du F-35A cette année sans attendre le résultat de ce vote particulier.Lien externe.

SRF a maintenant découvert un document secretLien externecela montre que le troc était encore en plein essor l’été dernier, la France étant déterminée à persuader la Suisse de changer d’avis et d’acheter ses avions Rafale.

Le document a été signé par le ministre français de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire, le 28 juin 2021. Plusieurs sources anonymes ont déclaré à SRF que les ministres du gouvernement suisse avaient non seulement vu la lettre, mais avaient activement recherché la contre-offre de la France.

Dans la lettre, Le Maire a proposé de recalibrer un accord franco-suisse sur l’imposition des travailleurs frontaliers en faveur de la Suisse – à hauteur d’environ 3,5 milliards de francs. Il a également assuré que la France soutiendrait la Suisse alors que l’État alpin traverse une période difficile dans ses relations avec l’Union européenne. Mais cela n’a pas fait changer d’avis la Suisse.

SRF rapporte que les négociations avec la France ont également généré une certaine animosité entre le ministère suisse de la Défense et les ministères des Affaires étrangères et des Finances – qui ont tous refusé de commenter, ainsi que l’ambassade de France à Berne et un porte-parole du cabinet.

Peur de la hausse des coûts
Entre-temps, le Federal Audit Office a exprimé des doutes quant au coût final d’achat des F-35A. Les auditeurs du gouvernement ont publié un rapport vendredi, faisant craindre que la facture finale ne dépasse le prix annoncé de 6 milliards de francs.

Mais l’Office fédéral de l’armement (Armasuisse), qui est en charge de la passation des marchés, n’a pas tardé à dissiper les doutes des auditeurs.

Armasuisse insiste sur le fait que le coût est contrôlé par un accord contraignant avec le gouvernement américain, qui achètera l’avion à Lockheed Martin à un prix fixe et vendra la flotte à la Suisse pour le même montant.

Komla AKPANRI

Je me nomme AKPANRI Komla, historien de formation, arbitre fédéral. Le journalisme est une passion pour moi plus précisément le journalisme sportif puisque je suis un sportif. Ayant fait une formation en histoire, j'aborde aussi des questions politiques, sociales et culturelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.