La réinsertion reste un enjeu de société majeure. La prison concerne en priorité des populations jeunes, sous-qualifiées, présentant des

«Un détenu, un projet de vie», un programme de réinsertion de la SMPDD-Togo

La réinsertion reste un enjeu de société majeure. La prison concerne en priorité des populations jeunes, sous-qualifiées, présentant des problèmes de santé et d’addiction. L’essentiel des détenus sont incarcérés pour des peines courtes et moyennes (1 à 3 ans), et le passage par la prison accélère souvent leur désocialisation.

Contre ce cercle vicieux, la Solidarité Mondiale pour les Personnes Démunies et Détenus (SMPDD) initie un programme de réinsertion baptisé « un détenu un projet de vie », pour éviter la récidive après un séjour carcéral aux ex-détenus .

À cet effet, Mohamed SAKO, réfugié Ivoirien au Togo est le dernier à bénéficier de cet accompagnement de la SMPDD durant la période de 36 mois de détention à la Prison Civile de Lomé (PCL) jusqu’à sa sortie. Pendant son séjour, le bénéficiaire avait opté pour l’installation d’une cafétéria.

Après étude, son projet de vie a reçu le quitus et il a été accompagné pour la réalisation. Ceci à travers un programme de réinsertion sociale mis en place par l’organisation SMPDD.

Pour M. Coco de Kofi WOENAGNON, président de la SMPDD, le séjour carcéral doit être une période de réflexion et d’examen de conscience pour n’importe quelle personne qui s’y retrouve un jour. Et il est très important pour tout un chacun d’avoir un projet de vie qu’il devrait mettre en oeuvre depuis son séjour jusqu’à sa sortie.

Encore plus loin il a indiqué que la SMPDD est disposé à accompagner chaque détenu afin que ce dernier évite la récidive qui pourrait lui serait préjudiciable. Même s’il est évident qu’on peut repartir à zéro et recommencer sa vie sur de nouvelles bases après un séjour en prison, savoir qu’on a des personnes ou des structures sur qui compter est encore meilleur.

Chez le bénéficiaire c’est une grande joie. « J’avais présenté mon projet de vie qui est l’installation d’une cafétéria aux responsables de la SMPDD. Ils n’ont pas hésité à se pencher là- dessus et m’accompagner pour la réalisation. Je leur dis un sincère merci pour tout ce qu’ils font pour les détenus. Vivement qu’il en soit ainsi pour d’autres », a expliqué Mohamed SAKO.

Pour rappel, le programme de réinsertion enclenché par
la SMPDD fait déjà trois(3) ans.Et pour atteindre ses objectifs l’organisation s’articule sur l’observation dans les prisons ; l’éducation et sensibilisation aux droits de l’homme et à la citoyenneté ; la réinsertion et accompagnement social

Julien S.

Komla AKPANRI

Je me nomme AKPANRI Komla, historien de formation, arbitre fédéral. Le journalisme est une passion pour moi plus précisément le journalisme sportif puisque je suis un sportif. Ayant fait une formation en histoire, j'aborde aussi des questions politiques, sociales et culturelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.