Superstition ou pas, aux quatre coins du monde et à chaque culture ses rituels pour purifier et chasser le mauvais œil.

Faut-il croire encore au pouvoir du sel pour éloigner le mauvais œil ?

Superstition ou pas, aux quatre coins du monde et à chaque culture ses rituels pour purifier et chasser le mauvais œil.

Que faire sinon pour contrer ce regard malveillant qui peut alors déstabiliser votre être tout entier ? Comment avoir meilleure protection face à toute personne qui observe votre nourrisson ou votre enfant avec envie ou jalousie ? Il n’est d’ailleurs pas rare de voir encore ces plus crédules des mamans protéger leurs nouveau-nés des regards des autres, et cela jusqu’à nouvel ordre.

Conjurer le mauvais sort n’est toujours pas une mince affaire en l’absence de ce fameux pourvoir du sel de protection, ce produit miraculeux auquel on y croit encore et toujours encore chez nous.

Si en Inde, les femmes mariées arborent un point rouge sur le front pour protéger leur couple, et que dans cette grande partie de l’Afrique du nord, les femmes portent la main de la Fatma, cette amulette qui se présente sous forme d’une main ouverte, pour leur accorder des vertus de protection ou de porte-bonheur, une partie non négligeable de kabyles demeure viscéralement attachée à ce puissant rituel qui semble venir des fonds des âges : usage de lemleh et thouzya lemleh contre toutes les mauvaises ondes.

Encore de nos jours, au moindre changement de notre comportement ou d’un sentiment de mal-être qui s’empare de nous, nos vieilles mamans sont alertées par ce symptôme de mauvais œil qu’on présente à leurs yeux. Et c’est bien là qu’interviennent leurs petites mains combien chaleureuses pour opérer, sous les murmures des lèvres, le rituel magique au dessus de notre tête.

Certains croient même que le sel attire bel et bien de l’argent. Ils n’omettent pas alors de glisser, au quotidien, une petite poignée de sel dans leur poche ou de répandre une pincée devant leur magasin.

Si connue et si répandue dans l’espace kabyle, cette pratique du sel qui demeure plus que jamais d’actualité ne trouve pourtant pas de personnes qui osent s’affirmer comme adepte.

Mais pourquoi alors ne l’assumons-nous pas sachant qu’elle est une réponse efficace à tous nos maux psychiques, et bien au-delà, nous diront certains ?

Algérie Black Liste

Komla AKPANRI

Je me nomme AKPANRI Komla, historien de formation, arbitre fédéral. Le journalisme est une passion pour moi plus précisément le journalisme sportif puisque je suis un sportif. Ayant fait une formation en histoire, j'aborde aussi des questions politiques, sociales et culturelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *