Après le Mali, c'est le tour des nigériens de réclamer le départ de la force française Barkhane de quitter le pays. De nombreux manifestants on

Niger: Des nigériens exigent le départ de la force française Barkhane du Niger

Après le Mali, c’est le tour des nigériens de réclamer le départ de la force française Barkhane de quitter le pays. De nombreux manifestants ont à nouveau défilé contre la présence militaire française dans le pays cette semaine.

De nombreux nigériens ont protesté contre la présence des forces françaises de Barkhane dans les villes de Niamey et à Dosso. Dans la capitale, les manifestants ont marché sur près de trois kilomètres, de la « Place Toumo » à la « Place de la concertation » sise devant l’Assemblée nationale. Ils portaient des pancartes avec des messages hostiles à la France : « Non à la présence militaire », « La France, dégage ».

« Nous exigeons le départ de la force française Barkhane du territoire nigérien pour l’atteinte à la souveraineté et son mépris envers le peuple nigérien illustré par des tueries multiples des populations civiles, ainsi que ses velléités de déstabilisation du Sahel et l’obstacle que constitue sa présence à l’indispensable collaboration entre le Niger et le Mali dans la lutte contre le terrorisme », a déclaré Abdoulaye Seydou, un des organisateurs de la manifestation dans un discours fort applaudi par les manifestants.

Ces manifestations de Niamey et Dosso ont été organisées à l’appel d’un regroupement de la société civile nigérienne dénommé « M62 ». Il s’agit d’une énième manifestation contre la présence française dans ce pays en proie au terrorisme. La France a fait du Niger son nouveau point d’encrage dans la sous-région depuis son départ forcé du Mali.

Komla AKPANRI

Je me nomme AKPANRI Komla, historien de formation, arbitre fédéral. Le journalisme est une passion pour moi plus précisément le journalisme sportif puisque je suis un sportif. Ayant fait une formation en histoire, j'aborde aussi des questions politiques, sociales et culturelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *