L’exposition des acquis défensifs des forces armées iraniennes baptisée Eqtedar (Autorité) de l'armée de l'air iranienne a ouvert ses portes

L’Iran sort son drone à tout faire

L’exposition des acquis défensifs des forces armées iraniennes baptisée Eqtedar (Autorité) de l’armée de l’air iranienne a ouvert ses portes samedi 24 septembre avec le dévoilement de quelques nouvelles réalisations à Téhéran en présence du général de brigade Hamid Vahedi, commandant de l’armée de l’air iranienne, et d’autres commandants et d’officiers.

De nouvelles réalisations locales ont été exposées parmi lesquelles le drone d’entraînement Behrouz, dévoilé pour la première fois.

Le drone polyvalent Behrouz est utilisé pour la formation des pilotes. Il peut aussi effectuer divers types de missions tactiques, y compris des missions de reconnaissance des cibles mobiles à basse vitesse et à courte et moyenne portée, la surveillance des frontières, des missions de recherche et de sauvetage, la gestion forestière et l’évaluation des dommages causés par les catastrophes naturelles.

Long de 2,30 mètres et avec une aile de 4,5 mètres, le drone Behrouz peut rester jusqu’à 6 heures en altitude dans un rayon d’action de 200 km. Avec une vitesse maximale de 210 km/h et une vitesse de croisière de 149 km/h, il peut voler à une altitude de 12 000 pieds. Ce nouveau drone iranien a une capacité de charge de 22 kg et un poids maximal de 65 kg au décollage.

Le drone est baptisé Behrouz en hommage au défunt pilote de l’armée de l’air iranienne, le colonel Behrooz Naqdibeyk (1958–2019), surnommé le parrain du Mirage-F1. Il a piloté le premier avion Mirage sans aucun manuel de formation et a écrit un livre sur la façon de piloter ce chasseur grâce aux expériences acquises lors de ses missions.

Komla AKPANRI

Je me nomme AKPANRI Komla, historien de formation, arbitre fédéral. Le journalisme est une passion pour moi plus précisément le journalisme sportif puisque je suis un sportif. Ayant fait une formation en histoire, j'aborde aussi des questions politiques, sociales et culturelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *