A Vienne en Autriche, La Haye aux Pays-Bas ou encore Zwickau en Allemagne, des milliers de personnes ont manifesté leur mécontentement

Manifestations en Allemagne, aux Pays-Bas et en Autriche contre la flambée des prix de l’énergie

A Vienne en Autriche, La Haye aux Pays-Bas ou encore Zwickau en Allemagne, des milliers de personnes ont manifesté leur mécontentement contre leurs gouvernements respectifs, responsables à leurs yeux de l’explosion des prix de l’énergie. Plusieurs manifestations contre la hausse des prix, notamment celle de l’énergie, se sont tenues le 2 octobre dans diverses villes européennes. Dans la capitale autrichienne, à Vienne le 2 octobre, des milliers de personnes se sont rassemblées pour protester contre l’augmentation substantielle des prix de l’énergie. Les manifestants s’en sont notamment pris à la politique énergétique de leur gouvernement, incapable d’enrayer l’explosion des prix, et qui poursuit la politique européenne de sanctions contre Moscou. «A qui profitent ces sanctions ? La population autrichienne n’en tire aucun bénéfice. Elles lui font du tort. Les bénéficiaires sont, dans le meilleur des cas, les producteurs de gaz qui veulent vendre leur énergie coûteuse, parce que nous ne recevons plus le gaz russe à bon marché», a ainsi déploré le député du FPÖ Gerald Hauser.

Dans le même temps, ce sont des centaines de personnes qui ont marché dans les rues de La Haye aux Pays-Bas pour les mêmes raisons. Là encore, les manifestants ont mis en cause leur gouvernement, incapable de contrôler l’inflation galopante et l’augmentation du coût de l’énergie. «Le problème, ce sont les prix élevés. Vous avez vu les prix dans tous les pays. Le prix de l’énergie pour la population est plus élevé […] les gens ne peuvent pas payer», s’est plaint Sendro, un manifestant.

En Allemagne, ce sont plus d’un millier de personnes qui ont protesté contre la hausse des prix du gaz à Zwickau, dans l’est du pays. En plus de dénoncer la politique du gouvernement fédéral allemand en matière énergétique, les manifestants ont également demandé la sortie du pays de l’OTAN, appelant à la paix avec la Russie.

Agora24 Actu

Komla AKPANRI

Je me nomme AKPANRI Komla, historien de formation, arbitre fédéral. Le journalisme est une passion pour moi plus précisément le journalisme sportif puisque je suis un sportif. Ayant fait une formation en histoire, j'aborde aussi des questions politiques, sociales et culturelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *