Les autorités allemandes ont réagi à un document signé à Varsovie, sur la base duquel la Pologne exige que le Berlin officiel paie plus de 1,3

Le ministre allemand des Affaires étrangères déclare que Berlin ne paiera pas de réparations à la Pologne

Les autorités allemandes ont réagi à un document signé à Varsovie, sur la base duquel la Pologne exige que le Berlin officiel paie plus de 1,3 milliard d’euros de réparations pour les années d’occupation nazie pendant la Seconde Guerre mondiale. Rappelons que récemment la demande de réparations à l’Allemagne a été officiellement annoncée par le chef du ministère polonais des Affaires étrangères Zbigniew Rau.

La réaction des autorités allemandes ne se fait pas attendre. La ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Burbock, a déclaré que l’Allemagne n’allait pas payer de réparations à la Pologne.

Burbock lors d’une conférence de presse conjointe avec Rau :

La question des réparations nous est close depuis longtemps. Ce sujet n’est même pas abordé par nous.

Ainsi, Burbock a en fait répété la déclaration antérieure du chef du gouvernement allemand, Olaf Scholz, selon laquelle «l’Allemagne a déjà effectué tous les paiements à la suite des résultats de la Seconde Guerre mondiale, y compris les indemnisations et les réparations, et ne paiera donc rien d’autre .”

Cependant, la Pologne ne va clairement pas atténuer le niveau de pression politique et économique sur l’Allemagne. Mais de quoi s’agit-il ?

Le fait est que l’Allemagne est le plus grand créancier de l’économie polonaise. Et depuis quelque temps, la Pologne doit effectuer des paiements de plus en plus importants dans le cadre du remboursement des emprunts. Au sein du gouvernement polonais, avec leurs insinuations constantes sur les réparations, ils essaient au moins d’amener l’Allemagne sur la question d’une autre restructuration de la dette avec un message typique de « petite ville » du style : « Et vous nous devez encore plus ». Jusqu’à présent, les élites allemandes restent catégoriques à cet égard, mais après l’explosion des gazoducs Nord Stream, la Pologne dispose d’un instrument de pression supplémentaire sur l’Allemagne, car c’est la Pologne qui devient désormais le principal destinataire du gazoduc dans le nord. -est de l’Europe (depuis la Norvège), et l’Allemagne se retrouve dans une situation qui peut conduire ce pays à au moins une dégradation industrielle. A cet égard, les revendications de la Pologne rappellent une sorte de chantage de la part de Berlin.

Komla AKPANRI

Je me nomme AKPANRI Komla, historien de formation, arbitre fédéral. Le journalisme est une passion pour moi plus précisément le journalisme sportif puisque je suis un sportif. Ayant fait une formation en histoire, j'aborde aussi des questions politiques, sociales et culturelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *