Le Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP) réagit suite au nouvel coup d'état intervenu le 30 septembre dernier qui a conduite à l'exil de

Burkina Faso : Le MPP félicite le peuple Burkinabé pour sa mobilisation

Le Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP) réagit suite au nouvel coup d’état intervenu le 30 septembre dernier qui a conduite à l’exil de l’ex président Paul-Henri Sandaogo Damiba.

Le 24 janvier 2022 un co’up d’Etat militaire conduit par le Lieutenant-Colonel DAMIBA a renversé le pouvoir démocratique et légitime du Président Roch Marc Christian KABORE. Pour éviter un bain de s’ang, le Président KABORE guidé par la sagesse, la lucidité et un sens de patriotisme a rendu sa dé’mission.

Le principal motif avancé pour justifier le c’oup d’Etat est la situation sécuritaire. Force est de constater que depuis lors, la situation sécuritaire n’a eu de cesse de se dé’grader avec son lot de déplacés internes dont le nombre s’est accru de façon exponentielle. A cela s’ajoutent l’accroissement des vic’times civiles et militaires, l’ag’gravation de la c’rise alimentaire, économique et sociale ainsi que les viol’ations des droits et des libertés consacrés par la constitution. En plus, le constat a été fait que le MPSR sous la conduite du Lieutenant-Colonel DAMIBA s’était progressivement éloigné des objectifs initiaux annoncés pour s’engager sur d’autres chantiers mettant à m’al notre cohésion sociale.

A de nombreuses reprises, le MPP à l’instar d’autres forces démocratiques et patriotiques a dénoncé ces dé’rives. En outre, contrairement aux déclarations appelant à l’unité nationale et à la réconciliation dans le cadre de la lut’te contre l’in’sécurité, nous avons constaté que la transition sous la conduite du Lieutenant-Colonel DAMIBA a plutôt œuvré à l’ex’clusion et à la restauration de l’ordre politique ancien vomi par l’in’surrection populaire de 2014. Ces dérives ont été constamment dénoncées.

Le 30 septembre 2022, des militaires membres du MPSR sous la conduite du Capitaine Ibrahim TRAORE, conscients de ces g’raves dérives du Lieutenant-Colonel DAMIBA, ont décidé d’un autre co’up de for’ce. Dans leur déclaration rendue publique au soir du 30 septembre 2022, ils ont pris l’engagement de ramener le MPSR à ses objectifs initiaux.

En outre, dans cette déclaration et dans les autres qui ont suivi, ils ont insisté sur un certain nombre de principes dont notamment :

le recentrage de la transition sur sa principale priorité qui est la lut’te contre le ter’rorisme ;

l’engagement de rendre effective l’inclusion dans la gestion de la transition à travers la tenue d’assises nationales pour adopter une nouvelle charte de la transition et de choisir un Président de la transition qui peut être un civil ou un militaire ;

le respect scrupuleux de la durée de la transition convenue avec la CEDEAO.

Le MPP prend acte de ce deuxième co’up d’Etat et encourage les nouvelles autorités à la mise en œuvre des priorités annoncées.

Il exprime le souhait que la mesure relative à la sus’pension de la constitution soit levée le plus tôt possible.

Il adresse ses vives félicitations au peuple in’surgé qui dès l’annonce du co’up d’Etat s’est mobilisé de façon spontanée dans les rues à travers les différentes localités du pays pour manifester son adhésion au changement, dés’avouer le régime dé’chu du Lieutenant-colonel DAMIBA et pour s’opposer à toute manœuvre de remise en cause ou de destabilisation qu’elle vienne de l’intérieur ou de l’extérieur. Il l’invite cependant à garder le sens de la mesure, au respect des textes législatifs et réglementaires ainsi que de l’autorité de l’Etat.

Le MPP lance un appel à ses militants, aux forces démocratiques, aux patriotes et à l’ensemble des populations pour le maintien de la dynamique engagée dont l’aboutissement ultime devra être un Burkina Faso de paix, de sécurité, de souveraineté et de démocratie réaffirmées et renforcées.

Vive le Burkina Faso.

Démocratie – Egalité – Progrès

Ouagadougou le 05 octobre 2022

Le Président du Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP)

Alassane Bala SAKANDE

Komla AKPANRI

Je me nomme AKPANRI Komla, historien de formation, arbitre fédéral. Le journalisme est une passion pour moi plus précisément le journalisme sportif puisque je suis un sportif. Ayant fait une formation en histoire, j'aborde aussi des questions politiques, sociales et culturelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *