Accusé de tentatives de Coup d'état ensuite pour blanchissement de capitaux, la liberté du patron du 12è régiment d'infanterie Commando

Burkina Faso/Justice: A quand la liberté pour le lieutenant colonel Emmanuel Zoungrana.?

Accusé de tentatives de Coup d’état ensuite pour blanchissement de capitaux, la liberté du patron du 12è régiment d’infanterie Commando reste toujours entre quatre murs.

Retour sur des évènements de l’arrestation d’un Colonel pétri de compétences. Tout commence par des rumeurs dans la soirée du 9 janvier 2022 après que L’ex chef du 12e régiment d’infanterie commando a rejoint Ouagadougou le 21 décembre 2021 après une passation de charge avec son successeur. Et dans la nuit du 10 janvier le Lieutenant-Colonel Emmanuel Zoungrana a été arrêté à son domicile à Ouagadougou.

Accusé de tentatives de déstabilisation du pays sous le régime Kaboré, Zoungrana est placé sous mandat de dépôt à la Maison d’arrêt et de correction des Armées (MACA). Les avocats du colonel mettent en cause l’ordonnance du juge d’instruction qui a décidé de sa détention préventive le 14 janvier 2022.

Dors et déjà ,des voix s’élèvent exigeant sa libération. Le 24 Janvier 2022, le Lieutenant colonel Paul Henri sandaogo Damiba prend les commandes de l’État suite à un Coup mettant fin à la gestion de Rock Marc Christian Kaboré. Le mercredi 2 février le Tribunal militaire a autorisait la libération du lieutenant-colonel Mais l’homme de la chose garde son frère d’armes en Prison.

le Collectif amour pour la patrie (CAP) quant à lui qualifie cette arrestation de « règlement de compte politico judiciaire scandaleux ». C’était le 24 avril dernier. Fin avril, le juge d’instruction a décidé de retenir contre lui les faits de blanchiments de capitaux. Ainsi la chambre de contrôle du tribunal militaire rejette, la demande de liberté provisoire. Pourtant le 22 Septembre dernier, Maître Kere avocat du colonel exprimait que son « client a écrit au ministre de la défense qui se trouve être le président Damiba pour lui dire qu’il est prêt à aller au front » mais sans suite à en croire Me

Ainsi face à l’oreille sourd, la cours de cassation a saisi l’affaire le 22 septembre 2022 passé mais le dossier a été renvoyé le 27 octobre prochain pour délibéré. Attendons de voir

Komla AKPANRI

Je me nomme AKPANRI Komla, historien de formation, arbitre fédéral. Le journalisme est une passion pour moi plus précisément le journalisme sportif puisque je suis un sportif. Ayant fait une formation en histoire, j'aborde aussi des questions politiques, sociales et culturelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *