Attention aux visites du fantôme dans nos vies. " Un âne était attaché à un arbre. Une nuit, un fantôme a coupé la corde et libéré l'âne.

Burkina Faso: Attention » aux médias sociaux » Conseille du patron de Coris Bank Idrissa Nassa

Attention aux visites du fantôme dans nos vies

 » Un âne était attaché à un arbre. Une nuit, un fantôme a coupé la corde et libéré l’âne.

L’âne alla détruire les récoltes d’un fermier voisin. Furieuse, la femme du fermier a tiré sur l’âne et l’a tué.

Le propriétaire de l’âne était dévasté par cette perte. En réponse, il a tué la femme du fermier.

Furieux de la mort de sa femme, le fermier prit une faucille et tua le propriétaire de l’âne.

La femme du propriétaire de l’âne s’est mise tellement en colère qu’elle a mis le feu à la maison du fermier avec ses fils.

Le fermier, voyant sa maison réduite en cendres, tua la femme et les enfants du propriétaire de l’âne.

Enfin, lorsque le fermier, maintenant plein de regrets, demanda au fantôme pourquoi il avait tué toutes ces personnes ?

Le fantôme répondit : « Je n’ai tué personne. J’ai juste libéré un âne qui était attaché à une corde. C’est vous tous qui avez libéré les démons qui étaient en vous, ce qui a entraîné tout le mal qui s’est produit par la suite. »

Les médias sociaux d’aujourd’hui sont comme ce fantôme. Ils libèrent des ânes tous les jours. Et les gens réagissent et se disputent, se font du mal, sans réfléchir.

Au final, ces médias esquivent toutes les responsabilités. Il est donc de notre responsabilité de ne pas réagir à tous les ânes lâchés par ces médias et de préserver nos relations avec notre communauté « 

Komla AKPANRI

Je me nomme AKPANRI Komla, historien de formation, arbitre fédéral. Le journalisme est une passion pour moi plus précisément le journalisme sportif puisque je suis un sportif. Ayant fait une formation en histoire, j'aborde aussi des questions politiques, sociales et culturelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *