Arrivée en Afrique autour des années 1850, la présence de la puissante France d'hier est plus que jamais décriée dans le monde noir.

Quelle politique la France compte t-elle mener maintenant en Afrique ?

Arrivée en Afrique autour des années 1850, la présence de la puissante France d’hier est plus que jamais décriée dans le monde noir. Si  » L’émotion est nègre et la raison est hellène » comme le confiaient certains auteurs, l’Afrique d’aujourd’hui la tendance semble renverser . L’ex colonisateur notamment du côté ouest africain a du mal à jouer son jeux.

 » Pilleurs et démagogie » comme système ce sont là les mots qui font l’image de Paris vus par certains jeunes africain. Alors comment » redorer son blason » . De Diplomatie en diplomatie, l’Elysée a du mal à se relever face à une jeunesse qui refuse  » d’être servie désormais dans les marmites salles « . Eldaa Koama à Montpellier à l’occasion du sommet Afrique -France le vendredi 8 Octobre 2021 disait ceci « Si la relation entre les pays d’Afrique et la France était une marmite, elle est très sale »

Même le sommet France -Afrique redoré en sommet « Afrique -France » n’a pas accouché d’un « bon torchon » Au contraire elle a servi de prise de conscience. Au Mali, Paris semble être jeté par la petite porte. Au Burkina où elle a du mal à dormir. En Guinée plus rien ne va, même jusqu’en Afrique du Sud. Et rien que hier 20 Octobre 2022 au Tchad les évènements semblerait porté la « culotte » de Paris. De toute accusations qu’elle soit juste où injuste les communiqués diplomatique pleuvent et les démentis s’ensuivent.

Le plan français en Afrique est en passe au « point mort » En tout qu’a les billets, si c’est pas certains dirigeants, « le gain n’arrive plus à coudre la bouche de la jeunesse » qui réveille en elle la fierté d’appartenir au berceau de l’humanité.

Alors que faire? « Tuer les leaders ? Non ce ne sera pas la solution. Cependant il est mieux que Paris revois son système d’exploitation et mette la jeunesse « au parfum des choses  » Comme le disait un penseur  » Tout mésententes transporté dans un champ de communication perd sa charge explosive » Néanmoins l’Afrique  » doit dénoncer sans agresser et dire sans offenser. Tout compte fait, si toute coopération est par nature bénéfique à tous « l’assiette Paris -Afrique » doit être mieux nettoyée et se resservir.

Le système de la Françafrique ne doit pas être un simple rapport de domination mais doit couvrir des interactions , faites de culture partagée, de connaissance et de respect mutuelle.

B-MEDIAS

Komla AKPANRI

Je me nomme AKPANRI Komla, historien de formation, arbitre fédéral. Le journalisme est une passion pour moi plus précisément le journalisme sportif puisque je suis un sportif. Ayant fait une formation en histoire, j'aborde aussi des questions politiques, sociales et culturelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *