Le Premier ministre Apollinaire Kyelem de Tambèla a été ferme, dimanche soir, avec les manifestants ces derniers jours qui réclament un

Burkina Faso: « Le meilleur soutien au capitaine Traoré, c’est aller au front ». dixit le premier ministre

Le Premier ministre Apollinaire Kyelem de Tambèla a été ferme, dimanche soir, avec les manifestants ces derniers jours qui réclament un partenariat avec la Russie. Des marcheurs qui disent soutenir le Capitaine Ibrahim Traoré et en même temps demandent le départ de la France et prônent le partenariat militaire avec la Russie.

« Le meilleur soutien au capitaine Traoré, c’est aller au front », a lâché le Premier ministre dans un entretien accordé à la télévision nationale. Selon Apollinaire Kyelem, ces marches n’ont pas de sens et l’urgence, c’est la reconquête du territoire. « La première marche à faire, c’est la marche contre le terrorisme », a-t-il déclaré.

Le Premier ministre a appelé les Burkinabè à être concentrés sur la Défense de la patrie. « Nous sommes convaincus que c’est à nous de défendre notre pays », a-t-il ajouté.

Apollinaire Kyelem a donc été clair sur la question du partenariat. « Toute coopération qui peut servir l’intérêt du Burkina Faso est la bienvenue. Nous tenons à ce que chaque partenaire soit loyal avec nous », a prévenu le Premier ministre. Le débat sur la coopération avec la Russie ne devrait pas se poser parce que le Burkina est déjà en partenariat avec ce pays, indique-t-il. « Nous sommes en coopération avec la Russie depuis l’union soviétique », affirme-t-il et de menacer: « ce n’est pas à la rue de nous dire de faire ceci de faire cela » et d’inviter les burkinabè à faire confiance à son gouvernement. « J’invite les burkinabè a nous faire confiance », dira-t-il.

Komla AKPANRI

Je me nomme AKPANRI Komla, historien de formation, arbitre fédéral. Le journalisme est une passion pour moi plus précisément le journalisme sportif puisque je suis un sportif. Ayant fait une formation en histoire, j'aborde aussi des questions politiques, sociales et culturelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *