Manchester United m'a trahi. On a fait de moi un bouc-émissaire. J'ai senti que certaines personnes ne voulaient pas de moi ici à

Angleterre: Cristiano Ronaldo détruit Manchester

« Manchester United m’a trahi. On a fait de moi un bouc-émissaire. J’ai senti que certaines personnes ne voulaient pas de moi ici à Manchester United, pas seulement cette année, mais aussi l’année dernière.

Il n’y a eu aucune empathie pour ma fille malade… Je n’ai pas pu participer à la pré-saison de Manchester United car ma fille de trois mois a été hospitalisée. Je me suis senti blessé car les dirigeants ont douté de moi quand je leur ai donné la raison de mon absence.

Je n’ai aucun respect pour Erik ten Hag. Je n’ai pas de respect pour lui parce qu’il ne me respecte pas. Si tu n’as pas de respect pour moi, je n’aurai jamais de respect pour toi.

Wayne Rooney ? Je ne sais pas pourquoi il me critique autant. Probablement parce qu’il a pris sa retraite alors que je suis encore au plus haut niveau. Je ne vais quand même pas dire que j’ai l’air d’avoir une meilleure mine que lui… Parce que c’est vrai.

Ralf Rangnick ? Si tu n’es même pas entraîneur, comment tu veux être le boss de Manchester United ? Je n’avais jamais entendu parler de lui avant.

Entre le moment où je suis parti, et le moment où je suis revenu, le club n’a pas progressé. Depuis le départ de Sir Alex, je n’ai vu aucune évolution dans le club. Rien n’a changé. Je suis revenu car j’ai suivi mon cœur. Sir Alex m’a dit : « C’est impossible pour toi d’aller à Manchester City ». Et j’ai dit : « Ok boss ».

Sir Alex sait mieux que n’importe qui que le club n’est pas sur la voie qu’il mériterait être. Il le sait. Tout le monde le sait. Ceux qui ne voient pas cela…c’est parce qu’ils ne veulent pas le voir ; ils sont aveugles. Mais comme Picasso l’a dit, il faut parfois tout détruire pour reconstruire. Et s’il faut commencer par moi, pour moi, ce n’est pas un souci.

Je pense que les fans doivent connaître la vérité. Les fans sont tout pour moi. C’est pourquoi je donne cette interview.

Komla AKPANRI

Je me nomme AKPANRI Komla, historien de formation, arbitre fédéral. Le journalisme est une passion pour moi plus précisément le journalisme sportif puisque je suis un sportif. Ayant fait une formation en histoire, j'aborde aussi des questions politiques, sociales et culturelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *